transports

A quoi servent les consultations de Roland Ries ?

 

 

Intervention de Jean-Emmanuel ROBERT

 

Point 32 : Interpellation de Pascal Mangin sur les zones 30

 

Conseil Municipal du 29 mai 2012

 

Monsieur le Maire, Chers collègues,

 

Je tenais à remercier notre collègue Pascal Mangin pour son intervention qui me permet d'aborder à mon tour ce sujet.

 

Comme vous le savez, lors de la consultation de l'année passée, j’ai me suis opposé énergiquement à la généralisation des zones 30 sur 70% des voies strasbourgeoise et clairement fait campagne sur le terrain en faveur du « non ».

 

Après avoir écarté l'organisation d'un véritable référendum, qui aurait été plus transparent que la méthode employée, vous aviez alors déployé des moyens colossaux pour défendre votre projet, ne laissant que très peu de place et de moyens à ceux qui ne le partageaient pas.

 

Je voudrais d’ailleurs rappeler que vous aviez été jusqu'à faire bloquer l'envoi de 2000 courriers que je souhaitez adresser aux forces vives de Strasbourg afin d'expliquer ma position alors que vous en aviez vous, de votre coté, envoyé plus de 140 000 avec un document explicatif reprenant votre position personnelle, sans qu'il n'ait eu d'ailleurs de débat préalable au sein du conseil municipal. Il aurait été normal que chacun puisse s’exprimer librement sur le sujet, que des moyens aient été mis à disposition de l'opposition, enfin à tout le moins à ceux qui s'opposait à la généralisation des zone 30. Cela aurait été à votre honneur.

 

Les moyens financiers et matériels – comme les gigantesques panneaux 4 par 3 – déployés pour l’occasion relevait de la démesure, tout en ne respectant pas la pluralité démocratique et la diversité des opinions. Durant cette consultation, vous étiez allé jusqu'à jouer sur les peurs – "Attention, il y a plein de morts en ville. Avec cette mesure, on va sauver des vies".

 

Dès le départ chacun a pu constater que la forme de cette consultation était déplorable. Elle ne respectait pas l’anonymat des votants, et ce n’est qu’après avoir saisi la CNIL, que l’organisation de celle-ci a un peu gagner en transparence et en fiabilité même si je le redis, un référendum classique avec des bulletins de vote classique, qui ne sont pas nominatif, précédé d'un véritable débat contradictoire, aurait été préférable.

 

Un an après, comme Pascal Mangin, je m'étonne de la multiplication en catimini des zones 30 alors que les strasbourgeois se sont massivement opposés à leur généralisation et ont sanctionné largement par 55% des suffrages un procédé peu transparent. Sur cette question comme sur d’autres vous avancez clairement masqué. Pourtant la démocratie, monsieur le Maire, c'est savoir écouter, entendre et tenir compte de l'expression de nos concitoyens ; sinon pourquoi les consulter ?

 

Un an après, monsieur le Maire, je tiens à nouveaux à rappeler la position qui était la mienne sur la généralisation des zones 30.

Ce n’est pas tant la vitesse qui pose problème que l’absorption exagérée d’alcool, la consommation de drogues et aussi et surtout les imprudences faites en dehors du respect du Code de la route. Le passage en zone 30 ne règle en rien les problèmes de rodéos, de conduite sans casque ainsi que tous les autres comportements à risque. On culpabilise le conducteur : la maman qui doit conduire ses enfants à l’école, le salarié qui se rend au travail, le livreur qui œuvre à l’approvisionnement des commerces. Est-ce vraiment cela que l’on veut ?

 

Comme Pascal Mangin, je pense qu’il faut appliquer des mesures au cas par cas, quartier par quartier, rue par rue au travers d'une véritable concertation avec les riverains. Naturellement, il y a des zones résidentielles qu’il faut passer en zone 30 et beaucoup le sont déjà. Mais il y a également des zones aux abords d’écoles ou de crèches où le 30km/h est sans aucun doute encore trop rapide et où il faudrait davantage tendre vers le 10 km/h (ce que l’on appelle communément rouler au pas). Il y a aussi des voies éloignées des habitations où il est tout à fait possible de rouler à 70 km/h et d’autres, très fréquentées, qui doivent demeurer à 50.

 

Enfin, la réduction de la vitesse automobile en ville ne peut-être avoir du sens que si, concomitamment on améliore considérablement le dispositif des transports en commun. Hélas votre refus de doter l’ouest de l’agglomération, notamment Koenigshoffen, d'un moyen de transport performent, fiable et cohérent avec le reste du réseau – à savoir le tram sur fer – ne va pas dans ce sens.

 

Plus grave encore. Les fortes hausses des tarifs de la CTS enregistrées depuis 2008, qui nuisent clairement à l’attractivité des transports en commun :

 

-le prix du ticket simple est passé de 1.3 à 1.6 euros, +23% en 4 ans sachant qu’il représente une part de 14.4% des recettes commerciales.

-l'aller retour est passé de 2.5 à 3 euros, +20% !

-l'abonnement quant à lui est passé de 40 à 45.6 euros + 14 % !

 

Chacun jugera ! Votre réforme des tarifs s'est aussi traduite par la suppression de la gratuité pour 35 000 de nos concitoyens les plus modestes (chômeurs, handicapés, personnes âgées) aussi ! Parallèlement contrairement à ce que vous nous aviez annoncé, toutes les gratuités n'ont pas été supprimées à la CTS puisque ses administrateurs en bénéficient encore et toujours afin de leur permettre et je vous cite « d’utiliser et de connaitre le réseau, élément essentiel à l’exercice de leur rôle dans le suivi quotidien de l’activité de la CTS et la définition de ses orientations Stratégiques. » Bravo pour l'exemplarité et surtout l’explication ! En fait, c'est plutôt faites ce que je dis mais pas ce je fais !

 

Un an après, monsieur le Maire, je regrette que vous n'ayez usé de la démocratie consultative que pour un coup de com' qui restera comme l'un des échecs retentissant de votre mandat avec les zones 30, alors que des sujets importants comme le PEX, la réalisation du quartier du Wacken, la bétonisation de la ville, la réalisation d'un tram sur pneus et j'en passe méritaient certainement des consultations bien plus larges et transparentes que celles organisées.

 

Ceci dit, vu la manière dont vous avez interprété le précédent résultat, il valait peut-être mieux ne demander l'avis de personne et la démonstration de notre collègue Pascal MANGIN est de ce point de vue éloquente, puisque manifestement vous n'en tenez absolument pas compte !

Roland Ries augmente encore les tarifs de la CTS !

 

 

 

Conseil de communauté du 27 Mai 2011
 Point 34 : Revalorisation des tarifs de la CTS

 

Monsieur le Président,

Chers collègues,

 

Nous sommes aujourd’hui amenés, pour la troisième fois de votre mandat, à débattre de l’augmentation des tarifs de la CTS.

 

Pour justifier cette nouvelle revalorisation, vous insistez entre autre sur le fait que notre conseil aurait approuvé en 2010, le principe d’une revalorisation annuelle systématique des tarifs de la CTS. Je regrette que votre mémoire se montre en l’espèce sélective puisque, cette même délibération précisait que, je cite, « naturellement, le Conseil sera libre chaque année, s’il le juge opportun, de privilégier la stabilité des tarifs. » Ce que n’avait d’ailleurs pas manqué de confirmer notre collègue en charge des finances lors du débat de l’année dernière suite à mon intervention sur le sujet. Je tiens le sténogramme à votre disposition au cas où. De possible revalorisation en 2010 nous sommes donc passés à systématique en 2011.

 

Pour justifier cette énième augmentation, vous invoquez en particulier l’inflation. Comme l’année dernière, je regrette que les bases de calculs ne soient pas précisées. Partons-nous de l’année N-1 ou de juillet à juillet ?

 

Vous évoquez aussi les coûts suscités par les nouvelles extensions. Là encore je regrette, comme l’année dernière que le rapport d’activité de la CTS ne nous soit communiqué qu’au mois de décembre alors que pour décider, en pleine connaissance de cause, du bien fondé d’une revalorisation des tarifs, ce document nous serait fort utile. Est-il vraiment opportun et logique que les élus de la CUS soient informés du bilan 2010 de la CTS fin décembre 2011 soit près d’1 an après sa clôture ?

Nous devons donc décider d’une augmentation de 2.66 % dont le détail nous a été officiellement communiqué vendredi dernier. Le premier projet de délibération dont nous avons pu avoir connaissance, avant sa présentation prévue au bureau CUS du vendredi 13, prévoyait une augmentation moyenne des tarifs de 2.8 %. Un seul et unique scénario était joint à la délibération. Ce même vendredi 13, l’administration nous faisait parvenir dans nos bureaux vers 17h00 l’ordre du jour détaillé de notre conseil avec les projets de délibérations. Celui concernant les tarifs de la CTS était alors en tout point similaire à celui présenté un peu plus tôt aux vice-présidents et prévoyait toujours une hausse de 2.8% des tarifs dans un seul et unique scénario. A 17h30, ce document nous était retiré. Le lundi soir qui suivait, le recueil des délibérations nous parvenait à nouveau, totalement réimprimé mais sans la fameuse délibération CTS. Pourquoi une telle galéjade ? Pourquoi un tel gaspillage de papier ? Pourquoi un tel surcout ? Et bien mes chers collègues, simplement parce que, comme à son habitude, un élu est allé raconter des calembredaines à la presse, jurant notamment qu’il y avait plusieurs scénarii de travail.

 

Malheureusement pour lui les documents de travail remis dans le cadre de la conférence CUS ainsi que le premier ordre du jour transmis aux conseillers de la communauté urbaine démontraient le contraire. D’ailleurs l’administration m’a confirmé que la délibération a été revue en catastrophe. Il aurait pourtant été tellement plus simple de dire la vérité aux médias et d’assumer une décision déjà prise. Cela aurait permis de faire des économies de papiers, de temps et aussi de stress pour l’administration. Finalement, et comme je le prévoyais, la hausse moyenne a été corrigée et n’est plus « que », pour ainsi dire, de 2.66%. Il fallait bien me donner tort mais je suis heureux que cela profite aux bénéficiaires de ticket à tarif réduit même si j’aurais préféré que tous les usagers soient épargnés.

 

Au passage, vous avez également profité pour revoir l’augmentation du cout d’exploitation du réseau. La première délibération, celle présentée au bureau CUS, tablait sur une augmentation de 5 % soit 5 millions en 2011 alors que la dernière version ne table plus que sur 3.5% soit 3.5 Millions. Qu’est-ce qui justifie cette baisse ? Les chiffres présentés aux vice-présidents étaient-ils fantaisistes ?

 

En incluant les hausses prévues au 1er juillet, les tarifs de la CTS auront donc progressé en moyenne de 8.84 % en trois ans.

 

Concrètement, depuis votre accession aux responsabilités, monsieur le président, monsieur le vice-président en charge des transports, le prix du ticket simple aura augmenté de 15,3 % passant de 1,3 à 1,5 euros. Le prix du ticket Aller-retour aura progressé de 16 % (2,5 à 2,9 euros) quant à l’abonnement en tarif plein il aura connu une hausse de 10 % passant de 40 à 44 euros.

 

Cela est à mettre en perspective avec l’inflation qui, entre 2008 et 2010, n’a pourtant été que de 4,44 % (+2,8% en 2008, + 0,1% en 2009, + 1,5% en 2010). Pour 2011, la Commission économique de la Nation table sur une progression de l’inflation de 1,8 % soit donc 6,32 % pour les 4 années pleines. Comment expliquez-vous un tel décalage de 2.52 % ? Comment justifiez-vous que malgré la crise, alors que tout le monde se serrait la ceinture, vous ayez ainsi ponctionné aussi brutalement, aussi injustement, aussi fortement les usagers de la CTS ? D’ailleurs vous tablez sur une augmentation de 2.5 % de l’inflation au premier juillet. Une nouvelle fois je vous pose la question : d’où sort ce chiffre ? A quoi correspond-il ? Avez-vous des informations dont ne dispose pas la très sérieuse Commission économique de la Nation ?

 

Sous votre impulsion, les hausses de tarifs successives sur les titres de transports les plus utilisés et sur les abonnements auront donc été très largement supérieures à l’inflation. Et je ne parle même pas de la suppression de la gratuité pour 35 000 de nos concitoyens que j’avais déjà déplorée l’année dernière bien que le principe de la tarification sociale me semblait constituer une idée intéressante, je n’ai pas peur de le redire.

 

J’étais d’ailleurs prêt à participer à la commission ad hoc que vous aviez annoncée. Elle devait être chargée d’évaluer ce nouveau dispositif et de définir les indicateurs qui devaient permettre de mesurer l’atteinte des objectifs énoncés lors de l’instauration de la réforme de la grille tarifaire. Je vous rappelle que l’évaluation des résultats devait se faire annuellement, et être soumise à notre assemblée. C’est bien ce qui nous fait cruellement défaut aujourd’hui.

La nouvelle hausse 2011 des tarifs génèrera donc une recette supplémentaire de près d’un million d’euros d’après vos estimations. Vous oubliez toutefois de préciser, dans la notice explicative, qu’au mois de décembre dernier vous aviez revalorisé de 2 points le taux du versement transport acquitté par les entreprises, faisant passer les recettes prévisionnelles de cet impôt, d’après vos prévisions de décembre, à 93,8 M€ au lieu des 80 millions indiqués dans la notice.

 

Cela a pour conséquence, mes chers collègues, de faire diminuer la participation de notre collectivité au financement de la CTS. En effet, cette revalorisation du taux a mécaniquement fait diminuer la participation de la CUS à la contribution d’exploitation de la CTS. Nous sommes passés de 33% en 2010 à 24 % aujourd’hui. C'est-à-dire de 39 millions d’euros à 29.7 millions. Il s’agit en quelque sorte d’un désengagement de la CUS dans le financement de la CTS au profit essentiellement des entreprises mais aussi une nouvelle fois des usagers.

 

Je ne comprends absolument pas cette politique. D’un coté vous procédez à la chasse à la voiture que ce soit à travers les hausses du stationnement payant (A Strasbourg) en voirie comme en ouvrage, ou via votre volonté de passer 70% des voiries strasbourgeoises en zone 30. De l’autre, vous ne cessez de matraquer financièrement les usagers des transports en commun tout en bloquant les nécessaires extensions vers les bassins de vie comme l’Ouest de l’agglomération. Où est la cohérence d’autant que tout cela se produit durant une période économiquement difficile pour tous nos concitoyens? Par honnêteté pour les Strasbourgeois cette revalorisation aurait d’ailleurs dû être annoncée avant le démarrage de la consultation « zone 30 » ce qui aurait pu leur permettre de se prononcer en connaissance de cause.

 

Pour conclure, entre l’absence de données sérieuses aussi bien pour le calcul de l’inflation que pour l’évolution des coûts d’exploitation, l’absence d’un bilan de la CTS à jour, l’absence de réunion de la commission ad-hoc promise l’année dernière ou, le plus grave à mes yeux, le désengagement masqué de la CUS dans le financement de la CTS, cette nouvelle revalorisation des tarifs me semble à nouveau inopportune.

 

Je vous remercie

Strasbourg : Tram, Cts, une véritable régression des services publics

Une véritable régression des services publics pour les habitants des quartiers de l’Elsau, de la Montagne Verte et de la Gare !

Quelques semaines après avoir à nouveau augmenté le prix du ticket de tram, mais surtout privé de la gratuité des transports en commun 35 000 de nos concitoyens, la municipalité et la CTS viennent d’instaurer un nouveau réseau de tramway particulièrement injuste et inéquitable.

Cette réorganisation à double vitesse va essentiellement se faire au détriment des habitants des quartiers de l’Elsau, de l’entrée de la Montagne Verte, de la Porte de Schirmeck, ainsi que des secteurs de la rue de Molsheim et du Faubourg National, avec une desserte en baisse de l’ordre de 25%.

Si la ligne B demeure, la ligne C qui les desservait jusqu’à présent au rythme d’un tram toutes les 6 minutes aux heures de pointe disparaît au profit d’une ligne F au rabais, avec seulement un tram en moyenne toutes les 10 minutes.  La situation sera encore plus tendue en dehors des heures de pointe et le week-end avec un cadencement qui passe de 12 à 20 minutes.

 C’est une véritable régression des services publics pour ces habitants, ni concertés, ni consultés et qui vont perdre au passage en qualité de desserte, puisqu’il ne pourront plus rejoindre sans correspondance de nombreux équipements, tels la Bibliothèque André Malraux, le conservatoire, mais aussi le centre administratif ou l’hôtel de Police…

 Comment ne pas y voir une incohérence manifeste de l'exécutif municipal, puisque certains des habitants concernés viennent à peine d’être touchés par le stationnement payant et donc encouragés à délaisser leur voiture? Où est la logique de développement durable tant vantée par la municipalité dans tout cela ?

L'équité urbaine exige que la politique des transports pratiquée en Ville soit même pour tous: ce n'est plus le cas aujourd'hui à Strasbourg.

Tout aussi inquiétant, en réduisant de manière importante le cadencement, la municipalité fragilise l’attractivité du parking P+R de l’Elsau.

On en arrive presque à croire qu’à l’instar de celui de la rue Aristide Briand, elle a des projets en tête – peut-être immobiliers ? – pour le remplacer et qu’il lui faut donc faire baisser sa fréquentation pour mieux le faire disparaitre ensuite.

 

 

Jean-Emmanuel ROBERT

Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg

Photos

Retrouvez-moi sur Facebook

  • La Taverne Française - Strasbourg - Journal des spectacles
    La Taverne Française - StrasbourgJournal des spectaclesLe bar «La taverne Française» se situe entre les arrêts de tram Gallia et République, à Strasbourg. La Taverne Française 12 rue de la Marseillaise 67000 Strasbourg Tel : 03 88 24 57 89. Agrandir le plan. Commentaires. Il n'y a actuellement aucune ... […]
  • Strasbourg cherche toujours son pigiste - Eurosport.com FR
    Strasbourg cherche toujours son pigisteEurosport.com FRStrasbourg s'est mis en quête d'un pigiste médical, qui peut être non-JFL. Mais deux semaines après l'annonce de la blessure de son pivot français, la SIG n'a toujours pas trouvé de nouveau joueur. "C'est compliqué. On a assez peu d'argent et on a ...Le Limoges CSP de r […]
  • Grandes écoles: rapprochements et fusions en série - Le Monde (Blog)
    Grandes écoles: rapprochements et fusions en sérieLe Monde (Blog)Pour l'EM Strasbourg et l'ESC Rennes, il s'agit d'abord de rapprocher leurs concours puisque les deux établissements proposeront dès cette année aux candidats issus de classes préparatoires une inscription commune aux épreuves écrites du concours ... […]
  • Pronostic Limoges - Strasbourg - meilleuresCotes.com
    Pronostic Limoges - StrasbourgmeilleuresCotes.comAujourd'hui à 20h30, Limoges affronte Strasbourg dans le cadre de la Pro A. meilleuresCotes.com vous propose ses conseils pour faire votre pronostic et bien parier sur Limoges - Strasbourg. Nous vous proposons le comparateur de cotes de ce match. […]
  • Fitch a les clefs du succès - Le Figaro
    Le FigaroFitch a les clefs du succèsLe FigaroStrasbourg a mis le temps pour dénicher le «successeur» de Rashad McCants. Mais les habitués du Rhénus ne devraient pas être déçus d'avoir attendu… La SIG annonçait en effet l'arrivée de Gerald Fitch il y a un peu plus de trois semaines, soit un mois ...et plus encore » […]