tram

Tram à Koenigshoffen : Le directeur de cabinet de Roland Ries ne maitrise pas ses dossiers…

 

En déclarant au DNA que l’étude TTK porte sur le tram-train et laissant entendre que la desserte fer du quartier de Koenigshoffen ne pourrait se faire sans la réalisation d’un tunnel sous la gare, le directeur de cabinet de Roland Ries, Patrick Pincet, au mieux ne maitrise pas ses dossiers et au pire, ment délibérément à la population.

 

Dans tous les cas de figure, cela soulève de lourdes inquiétudes sur la bonne gestion de notre collectivité.

 

En effet, l’intitulé exacte de l’étude TTK, qui a été rendue en juillet 2011 donc toute récente, « Prolongement «Ouest» de l’infrastructure "TRAM F" (STRASBOURG / Koenigshoffen – Hohberg et ECKBOLSHEIM) » n’évoque a aucun moment la tram train. Certes, l’intitulé n’a pas été adapté au changement de nom de la ligne F devenu opportunément ligne C en novembre 2010, soit bien après la commande de cette étude par la CUS.

 

Par ailleurs, l’étude TTK prend en considération la contrainte du tunnel en étudiant précisément plusieurs scénarii dont un qui verrait la ligne C être prolongée via les boulevards de Metz et Nancy avant de rejoindre la route de Romains par la rue de Koenigshoffen.

 

Enfin, en laissant entendre que le tram sur pneus serait moins couteux et plus efficace, une nouvelle fois Patrick Pincet se trompe car la solution fer permet notamment d’éviter de remettre en chantier les tronçons de la ligne C ouverte en novembre 2010, pour l’adapter au passage d’un tram pneus. A noter que pour l’instant, les ingénieurs de la CTS comme de la CUS avouent ne pas savoir comment faire techniquement, pour adapter ce tronçon au passage du tram fer et du tram pneus.

 

Décidément, dans ce dossier, l’opacité de la municipalité, l’absence de maitrise des dossiers ou le manque de sincérité sur les questions de coût et de faisabilité, nuisent à la bonne information de nos concitoyens et à la qualité du débat démocratique !

Lettre ouverte à Jacques Bigot

 

 

Strasbourg, le 08 décembre 2011

 

Monsieur le Président,

 

Le 25 novembre dernier, le conseil de CUS a été amené à approuver une seconde fois la délibération relative au schéma directeur des Transports qui porte notamment sur la desserte de l’Ouest de l’agglomération et en particulier de Koenigshoffen. Ce vote, réalisé sans le nécessaire quorum, visait surtout à renforcer juridiquement la concertation actuellement menée et à réparer une erreur qui aurait rendu la concertation illégale.

 

Malheureusement, de nombreux éléments nous amènent à penser que cette concertation est biaisée et que vos choix sont déjà faits.

 

D’abord, nous avons découvert qu’un appel d’offre concernant la « Fourniture de matériel roulant de type véhicule guide sur pneus pour le réseau de la CTS » avait été lancé par la CTS le 5 novembre dernier avec pour date limite de réponse le 2 décembre. Cela démontre très clairement que tout est déjà bouclé. La concertation des habitants de la communauté urbaine est donc purement formelle. En fait, elle ne constitue qu’un simple affichage puisque la concertation prendra fin 26 jours après l’expiration de cet appel d’offre.

 

Pourtant, en parallèle de ce projet déjà ficelé, il existait une alternative : le tram fer. Malgré nos régulières demandes, vous avez toujours refusé de nous présenter, en toute transparence, un comparatif entre les différentes extensions programmées prenant en compte leur coût, leur fréquentation prévisionnelle ou leur bilan d’exploitation. Vous avez toujours refusé de nous présenter un comparatif entre les différents modes de transport, tram fer, tram sur pneus ou même Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). Idem pour les tracés. Tout a été décidé dans le secret de vos bureaux du 9ème étage de la CUS sur le dos de nos concitoyens.

 

Pourtant, vos choix sont contestables et les documents en notre possession le prouvent :

 

D’après l’étude TTK de juillet 2011, donc toute récente, il ressort clairement que prioriser l’extension vers Kehl comme vous l’avez fait constitue une erreur lourde. D’abord, il s’agit de l’extension qui nécessitera l’investissement le plus important comme le démontre l’étude. Entre l’infrastructure, l’aménagement de l’espace public et l’acquisition du matériel roulant, cette extension est pour l’instant estimée à 71,8 M€HT pour à peine 5 213 voyageurs/jours supplémentaires. Le déficit annuel d’exploitation de cette ligne est quant à lui estimé à 900 000 euros par an. Toujours selon cette étude, le tracé retenu pour Illkirch vers le presbytère est estimé à 27,9M€HT (infrastructure + aménagement de l’espace public et acquisition du matériel roulant) pour 4700 voyageurs/jours supplémentaires.

 

Ces deux projets que vous avez priorisés sont à comparer à l’extension de la ligne F du Tramway vers Wolfisheim, tracé qui est clairement détaillé dans l’étude TTK et qui offre d’ailleurs deux variantes possibles. Son cout, (infrastructure + aménagement de l’espace public et acquisition du matériel roulant) jusqu’au terminus de Wolfisheim est estimé à 67,1M€HT. L’étude table sur 19 200 voyageurs par jours supplémentaires soit 14 000 de plus que vers Kehl.

 

Cette étude TTK démontre donc de manière incontestable et spectaculaire, que l’intérêt général ne prime aucunement dans vos choix stratégiques ! A l’heure où chaque dépense des deniers publics compte- il nous semble important d’investir intelligemment dans l’intérêt de nos concitoyens, en l’occurrence les habitants de l’Ouest de l’agglomération. Il est irresponsable de vouloir dépenser près de 72M€ pour réaliser le Tram vers Kehl alors que les études démontrent que ce sera un échec commercial.

 

Certes, pour justifier ces choix Roland Ries, Sénateur-Maire de Strasbourg, Premier Vice-président de la CUS en charge des transports et Président de la CTS, explique que le tram sur pneus vers Wolfisheim est une création de ligne et pas une extension et que c’est pour cette raison que l’on peut se permettre de choisir un autre matériel roulant. A cela, il ajoute aussi la question des coûts. Les arguments pour défendre cette solution sont pourtant très discutables :

 

1) prolonger la ligne F vers Wolfisheim en passant vers les boulevards constitue bien une extension et non pas une création de ligne donc, suivant l’argumentation développée par Roland Ries pour défendre la réalisation du tram fer vers Kehl et Illkirch, on ne peut pas changer de matériels.

 

2) Si la priorité des collectivités était réellement d’améliorer le service public en maitrisant les coûts, c’est clairement l’extension de la ligne F qui serait mise en œuvre. Elle est moins coûteuse que Kehl et touchera beaucoup plus d’usagers comme le démontre l’étude TTK.

 

Monsieur le Président, Il est encore temps de faire machine arrière en privilégiant les intérêts de la CUS et surtout ceux de nos concitoyens. Reportons la réalisation d’un tram vers Kehl à l’urbanisation effective de ces secteurs et rendons prioritaire la réalisation d’un tramway sur fer vers l’ouest de l’agglomération, Eckbolsheim et Wolfisheim inclus ! Non seulement il s’agira d’une décision au service de l’intérêt général mais elle permettra aussi à notre collectivité de réaliser des économies conséquentes tant sur le plan de l’investissement que sur le coût de fonctionnement de notre réseau de transports en commun.

 

Nous vous prions d’agréer, monsieur le Président, l’expression de nos respectueuses salutations.

 

Anne Schumann

Jean-Emmanuel Robert

Tram sur Pneu : Koenigshoffen mérite mieux !

 

Dans une récente tribune, Eric Elkouby est intervenu pour évoquer la desserte tram de Koenigshoffen et le « tram sur pneu ». Elle comportait néanmoins quelques erreurs que nous tenions à corriger.

 

NON : le conseil de CUS du 30.6.2011 ne s’est pas prononcé sur le « principe de réalisation d’un tramway sur pneu entre Vendenheim et Eckbolsheim via Koenigshoffen ». C’est la CTS qui a suggéré un partenariat public/privé pour financer ce tram sur pneu. Le Conseil a simplement décidé de lancer un marché d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour mesurer les conséquences et mesurer son intérêt pour la CUS par rapport à d’autres solutions.

 

NON : il n’a jamais été question de desservir Koenigshoffen par le tram-train, celui-ci devait circuler sur la voie ferrée Strasbourg-Molsheim, sans passer par Koenigshoffen. Ce tram-train était d’ailleurs le projet-phare de Roland Ries qu’il vient d’enterrer discrètement après avoir englouti d’importants crédits d’études de la CUS et autres partenaires (Etat, Région, SNCF).

 

OUI : Koenigshoffen souffre de ne pas disposer d’une desserte en transport collectif efficace pour relier les grands ensembles d’habitats aux équipements du centre-ville. C’est pour cela qu’il avait été inscrit au SCOTERS, dès 2006, une liaison tram reliant directement ce secteur à la gare centrale, au centre-ville, à République et à l’Esplanade. C’est dans cette optique qu’a été réalisé le premier tronçon de cette ligne F entre la Place d’Islande et la Place de la Gare.

 

NON : il n’est pas du tout intéressant pour les habitants du quartier d’être desservis par une ligne qui irait directement vers les communes du nord. Le besoin du plus grand nombre d’habitants est d’aller directement au centre-ville de Strasbourg et non pas à Bischheim ou Souffelweyersheim. Notre devoir est donc de prendre en compte l’intérêt général en intégrant à la ville centre les quartiers périphériques.

 

NON : le tram sur pneu n’est pas sensiblement plus étroit qu’un tram fer (2m40 pour l’un contre 2m20 pour l’autre). On peut donc réaliser un tram sur rails là où on peut réaliser un tram sur pneu. Il est par exemple possible d’implanter un tram sur rails sans plus de difficultés et sans délai supplémentaire en prolongeant l’actuelle ligne C sur les boulevards de Metz et de Nancy ou en prolongeant la ligne A le long de la rue de Comtes pour rejoindre la route des Romains. D’ailleurs le schéma Transports 2010/2025, défendu par Jacques Bigot, prévoit bien de desservir Koenigshoffen par un tram sur rails (ligne F) et Roland Ries lui-même a annoncé un atelier de projet aux habitants en 2010…

 

NON : le tram sur pneu ne coûte pas moins cher en frais de fonctionnement. Ses coûts d’entretien sont élevés et il consomme 30% d’énergie électrique de plus que le tram classique.

 

NON : le tram sur pneu ne peut pas être aujourd’hui qualifié de matériel fiable. Caen et Nancy n’ont cessé de déplorer les pannes incessantes de leur tram sur pneu fabriqué par Bombardier, à tel point que Caen envisage de renoncer à exploiter le sien et de se doter d’un tram « fer ». Pour ce qui est du Translohr à Clermont-Ferrand, c’est le maire Serge Godard qui déclare dans une interview du 19.09.2011 que « depuis son inauguration en 2006, il transporte 65.000 voyageurs par mois mais est trop souvent en panne, les incidents techniques sont nombreux et on n’en connaît pas l’origine ». Quant à l’audit demandé par le préfet et portant sur la sécurité, il est accablant (La Montagne du 30.09.2011) et démontre que ce système est exploité dans des conditions de sécurité inacceptables. Depuis 15 ans, le Translohr n’est exploité qu’à Padoue et à Venise, dans une zone industrielle de Shangaï et à Clermont-Ferrand. Aucune de ces villes n’a cherché à développer son réseau, tout juste envisage-t-on de prolonger la première ligne. Toutes ces villes connaissent les mêmes problèmes : déraillement de roues ou incendie, défaillance inexpliquées d’organes de sécurité, dérapage des dépenses de maintenance.

 

La CUS serait donc capable (financièrement surtout) de proposer un tram fer en site propre aux 5.000 personnes desservies par l’extension programmée vers la salle des fêtes d’Illkirch mais ne saurait proposer la même qualité de déplacement pour Koenigshoffen, quartier de plus de 16 000 habitants qui va pourtant connaitre ces prochaines années une urbanisation massive avec 770 nouveaux logements programmés soit plus de 2000 habitants supplémentaires. C’est tout simplement sidérant, voire inique.

 

Il est grand temps que l’exécutif municipal et communautaire retrouve le sens de l’intérêt général. Comme le souligne la Fédération Nationale des associations d’usagers des transports « le tramway sur pneu est une invention inutile, loin d’être la solution miracle vantée par ses promoteurs. Elle engendre des débats stériles, des pertes de temps et des gaspillages d’argent public. Elle entretient des illusions et détourne l’attention des vraies questions … » La vraie priorité pour Koenigshoffen est l’arrivée d’un tram fer. Il n’y a aucun intérêt pour nos concitoyens à débattre sur un tram sur pneu qui fonctionnerait comme un trolleybus, qui impose des cadences inutiles, alors que pour le même coût de construction et pour des coûts d’exploitation moindres, on peut réaliser le même tram que dans les autres quartiers.

 

La concertation publique à venir sera l’occasion pour les habitants de Koenigshoffen de faire valoir leur aspiration légitime à bénéficier d’un transport collectif qui a fait ses preuves et de rejeter l’option du tram sur pneu non fiable et coûteux.

 

Anne Schumann (Nouveau Centre)

Jean-Emmanuel Robert (UMP)

Circulez (lentement) il n’y à rien à voir !

La décision unilatérale et prise en catimini par Roland Ries, de transformer Strasbourg en une gigantesque zone 30, à l’exception de quelques axes, constitue une véritable marque de mépris à l’encontre des conseils de quartier, des forces vives mais aussi des élus du conseil municipal.

Personne n’a été consulté en amont de cette décision, déjà définitive à en croire le tapage médiatique fait autour.

En guise de concertation, on nous promet l’envoi d’un courrier-questionnaire rédigé exclusivement par Roland Ries et ses proches donc en l’absence de tout débat contradictoire, comme cela est de mise dans n’importe quelle démocratie. 

On ne sait pas qui recensera les retours des courriers, les réponses des électeurs et qui finalement annoncera le résultat de ce prétendu "sondage". Enfin si, nous savons, ce sont Roland Ries et ses amis. C’est dire la fiabilité d’une telle usine à gaz dépourvue du moindre contrôle.

La forme est déplorable mais le fond l’est tout autant.

Alors qu’un tel dispositif aurait besoin d’une analyse fine sur l’ensemble du territoire de la ville et de mesures adaptées à chaque situation en concertation avec les habitants et les forces vives de chaque secteur, Roland Ries va  imposer brutalement une zone 30 sur toute la ville et déterminer arbitrairement quels seront les rares axes à demeurer à 50km/h.

OUI, il y a des secteurs résidentiels, des abords d’écoles, des rues fortement piétonnes et cyclistes qui mériteraient de passer en zone 30 et peut-être même en zone 10 mais NON, il ne faut pas appliquer une telle mesure aveuglément sur toute la ville !

Je solliciterai Roland Ries sur cette question lors du prochain conseil municipal.  

Enfin, si Roland Ries ne compte interroger que les 140 000 électeurs et non les 272 000 résidents strasbourgeois, je l’invite alors à faire l’économie de son pseudo sondage en saisissant l’occasion des élections cantonales (qui concernent 6 cantons sur 10 à Strasbourg) pour organiser un large débat sur la question et consulter les électeurs strasbourgeois de manière réellement démocratique, en toute transparence, c'est-à-dire dans les urnes à travers un référendum local, seul dispositif à entrer dans un cadre légal !
De plus, la concomitance d’une telle consultation le jour des élections cantonales permettra de réduire considérablement le coût de ce référendum

Que Roland Ries se le dise, nous ne nous laisserons pas enfermer dans son « circulez (lentement) il n’y à rien à voir ! »

Jean-Emmanuel ROBERT
Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg

Strasbourg : Tram, Cts, une véritable régression des services publics

Une véritable régression des services publics pour les habitants des quartiers de l’Elsau, de la Montagne Verte et de la Gare !

Quelques semaines après avoir à nouveau augmenté le prix du ticket de tram, mais surtout privé de la gratuité des transports en commun 35 000 de nos concitoyens, la municipalité et la CTS viennent d’instaurer un nouveau réseau de tramway particulièrement injuste et inéquitable.

Cette réorganisation à double vitesse va essentiellement se faire au détriment des habitants des quartiers de l’Elsau, de l’entrée de la Montagne Verte, de la Porte de Schirmeck, ainsi que des secteurs de la rue de Molsheim et du Faubourg National, avec une desserte en baisse de l’ordre de 25%.

Si la ligne B demeure, la ligne C qui les desservait jusqu’à présent au rythme d’un tram toutes les 6 minutes aux heures de pointe disparaît au profit d’une ligne F au rabais, avec seulement un tram en moyenne toutes les 10 minutes.  La situation sera encore plus tendue en dehors des heures de pointe et le week-end avec un cadencement qui passe de 12 à 20 minutes.

 C’est une véritable régression des services publics pour ces habitants, ni concertés, ni consultés et qui vont perdre au passage en qualité de desserte, puisqu’il ne pourront plus rejoindre sans correspondance de nombreux équipements, tels la Bibliothèque André Malraux, le conservatoire, mais aussi le centre administratif ou l’hôtel de Police…

 Comment ne pas y voir une incohérence manifeste de l'exécutif municipal, puisque certains des habitants concernés viennent à peine d’être touchés par le stationnement payant et donc encouragés à délaisser leur voiture? Où est la logique de développement durable tant vantée par la municipalité dans tout cela ?

L'équité urbaine exige que la politique des transports pratiquée en Ville soit même pour tous: ce n'est plus le cas aujourd'hui à Strasbourg.

Tout aussi inquiétant, en réduisant de manière importante le cadencement, la municipalité fragilise l’attractivité du parking P+R de l’Elsau.

On en arrive presque à croire qu’à l’instar de celui de la rue Aristide Briand, elle a des projets en tête – peut-être immobiliers ? – pour le remplacer et qu’il lui faut donc faire baisser sa fréquentation pour mieux le faire disparaitre ensuite.

 

 

Jean-Emmanuel ROBERT

Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg

Photos

Retrouvez-moi sur Facebook

  • Forte mobilisation en province pour ce 1er mai de sauvegarde du ... - Le Point
    Le PointForte mobilisation en province pour ce 1er mai de sauvegarde du ...Le PointIls étaient près de 10.000 manifestants à Nancy, au moins 5.000 à Strasbourg selon les organisateurs, 4.000 à Lille et autant à Orléans (2.150 selon la police), entre 3.000 et 5.000 à Montpellier (contre 800 personnes en 2011), 3.000 à Toulon et 4.000 ...Forte mobilisation en […]
  • 1er mai: près de 10.000 personnes à Nancy, 5.000 à Strasbourg - Le Parisien
    1er mai: près de 10.000 personnes à Nancy, 5.000 à StrasbourgLe ParisienPrès de 10.000 personnes ont défilé mardi à Nancy et au moins 5.000 à Strasbourg pour le 1er mai à l'appel des syndicats et des partis de gauche, ont affirmé les organisateurs. "On pariait entre 8.000 et 10.000 personnes, l'objectif est atteint", ...Social / 1er mai 2 […]
  • 1er mai: 10.000 pers. à Nancy, 5.000 à Strasbourg - Europe1
    1er mai: 10.000 pers. à Nancy, 5.000 à StrasbourgEurope1Près de 10.000 personnes ont défilé mardi à Nancy et au moins 5.000 à Strasbourg pour le 1er mai à l'appel des syndicats et des partis de gauche, ont affirmé les organisateurs. "On pariait entre 8.000 et 10.000 personnes, l'objectif est atteint", ... […]
  • Le New Kompa haïtien fait entrer le soleil à l'Olympia - Le Nouvel Observateur
    Le Nouvel ObservateurLe New Kompa haïtien fait entrer le soleil à l'OlympiaLe Nouvel ObservateurIls seront auparavant à Strasbourg (26 mai) et Bordeaux (27 mai). Le nom Carimi a été trouvé en additionnant les deux premières lettres des prénoms des membres du trio : Carlo Vieux, Richard Cave et Mickael Guirand. Leur premier album, Bang Bang, ...et plus e […]
  • Mystère de Siltzheim : l'adolescent est sorti du coma - Le Républicain Lorrain
    Mystère de Siltzheim : l'adolescent est sorti du comaLe Républicain LorrainIl doit être entendu par les enquêteurs ce matin à l'hôpital Hautepierre à Strasbourg. PLUS D'INFOS DANS LE JOURNAL DE MERCREDI. Le pavillon familial ne présente pas de traces d'effraction. Mais les voisins évoquaient la fenêtre de la salle de bain, ...et plus enco […]