Articles avec le tag ‘bigot’

Pour un plan de viabilité hivernale efficace : Jean Emmanuel Robert intervient

Jacques BIGOT
Président de la CUS

Roland RIES
Maire de Strasbourg

 

Monsieur le Président,
Monsieur le Maire,

Vous avez décidé l’année dernière, sans la moindre concertation, de revoir en profondeur le plan de viabilité hivernale de la CUS que vous avez présenté à grands renforts de communication aux médias, en octobre dernier.
Pour des questions purement idéologiques, vous avez fait le choix de ne plus utiliser de sel sur de nombreux axes de la CUS ni le passage du chasse neige pour déblayer la chaussée. Lors de cette présentation, vous alliez même jusqu’à déclarer que « plutôt que de chercher à effacer la neige de la ville, mieux vaut retrouver le charme du manteau blanc et l’ivresse du flocon. »

Les épisodes neigeux que nous avons connus à Strasbourg et dans sa communauté urbaine cet hiver ont démontré que ce dispositif n’était manifestement pas adapté.

La situation rencontrée depuis plusieurs semaines sur de nombreuses rues et places de Strasbourg et de la CUS, est inacceptable. Il est naturellement possible de comprendre que pendant le phénomène neigeux ou le lendemain, tous les axes ne peuvent pas être dégagés. En revanche, après plus d’une semaine sans intempérie, il est incompréhensible que tous les axes ne soient toujours pas praticables.
Cette situation vous a d’ailleurs conduit à revoir la collecte des ordures ménagères qui n’a pas été assurée parfois durant plus d’une semaine pour de nombreux concitoyens.

A ces fortes contraintes dans leurs déplacements, nos concitoyens ont également dû composer avec la grève des agents de la CTS qui s’éternise depuis des semaines.

Cette paralysie de Strasbourg et de sa Communauté Urbaine est inacceptable !

Elle a également généré beaucoup d’accidents et de chutes, un médecin strasbourgeois rappelant d’ailleurs être davantage intervenu pour des fractures du poignet que pour des blessures liées aux pétards. Aussi, je souhaite que nous soient communiqués les chiffres précis de ces accidents ainsi que leur évolution par rapport aux années précédentes.

Au regard de ces premiers résultats et conformément à l’article 18 du règlement intérieur du conseil de CUS, je vous demande de bien vouloir proposer à notre assemblée, lors de sa prochaine réunion, la création d’une mission d’information et d’évaluation du plan hivernal de la CUS visant à l’adapter aux conditions climatiques que l’Alsace est amenée à subir et ce, afin que la CUS ne connaisse plus cette situation de blocage.

Il me semble qu’en l’espèce, nous devons faire preuve de pragmatisme et ne pas être aveuglés par le moindre dogmatisme.

Soucieux de demeurer constructif, dans l’intérêt de nos concitoyens, je me permets de vous relayer les propositions que j’ai l’intention de formuler auprès de cette mission d’information.

Pour le Sel :
Gouverner étant prévoir, il faut que nous acceptions le fait qu’en hiver, il neige et qu’il nous est impossible de maitriser le degré de ces perturbations. Aussi, afin de ne plus nous retrouver en pénurie de sel comme en 2010 et 2011, la CUS a besoin de disposer d’un stock de sel conséquent capable de répondre à toutes les situations climatiques : d‘hivers très froids à hivers doux où les stocks pourront être conservés pour l’année suivante.

Pour le déneigement incombant à la CUS :
Il serait souhaitable que le dispositif soit adapté aux phénomènes climatiques et que les moyens déployés augmentent proportionnellement à l’intensité du phénomène neigeux. Après des fortes chutes de neige, dans la pratique, toutes les rues de la CUS devraient avoir bénéficié du passage du chasse neige voire même du salage dans les jours qui suivent cet évènement. L’important n’est pas à mon sens de saler beaucoup ou plus du tout mais mieux, en fonction de la situation.

Pour le déneigement incombant aux particuliers :
Afin de bien rappeler à nos concitoyens leurs obligations en matière de déneigement, la ville de Strasbourg ou la CUS pourrait adresser à chaque foyer, au mois de novembre, un courrier ou un petit fascicule récapitulant leurs obligations. Des boîtages sont régulièrement organisés pour annoncer des visites des élus aussi, un tel courrier me semblerait plus utile que ces communications promotionnelles.

Pour la circulation automobile :
Les difficultés rencontrées ont été aggravées par le fait que beaucoup des usagers n’étaient pas dotés d’équipements adaptés à cette saison de l’année.
Dans le même esprit des pratiques constatées outre-Rhin, il me semble que nous pourrions entamer une réflexion avec la préfecture sur la possibilité de prendre un arrêté préfectoral rendant l’usage des pneus neige obligatoires durant la période hivernal au minimum sur l’ensemble du territoire de la CUS.

Pour la collecte des ordures ménagères :
Conscient des difficultés que peuvent rencontrer les agents du service propreté, tout doit être néanmoins mis en œuvre afin de leur permettre d’assurer une collecte par semaine des déchets, y compris pour le recyclage. Cette amélioration passe essentiellement par le déneigement des trottoirs et de la voirie que j’évoque ci-dessus.

Pragmatique, je pense que nous devrions nous inspirer des pratiques développées dans d’autres pays comme le Canada qui, malgré la rudesse des hivers, ne connait pas de paralysie des services publics sur une période aussi longue, même après un phénomène neigeux exceptionnel.

Dans l’attente de la création effective de cette mission d’information et d’évaluation, je vous prie de croire, Monsieur le Président, Monsieur le Maire, en l’expression de mes respectueuses salutations.

Jean-Emmanuel ROBERT
Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg

Les augmentations, ça suffit !

 

Conseil de communauté du 17 décembre 2010

Intervention de Jean-Emmanuel Robert (UMP)

Point N°39 : Politique tarifaire de stationnement

Monsieur le Président,
Chers collègues,

A travers cette délibération, vous nous demandez une nouvelle fois d’approuver un grand coup de rabot sur le pouvoir d’achat des habitants de la Communauté Urbaine et tout particulièrement des Strasbourgeois.

Cette augmentation est selon moi inappropriée et brutale. Elle intervient alors nous ne sommes pas encore sortis de la crise économique et que les revenus de nos concitoyens ont tendance à stagner.

Mais surtout, elle s’inscrit dans une avalanche de hausses aussi injustes qu’injustifiées dont vous êtes à l’origine depuis votre arrivée au pouvoir. Je pense naturellement aux différents tarifs de la CUS et de la Ville, que nous avons évoqués à l’occasion des différents débats budgétaires. Je me pense aussi à ceux de la CTS, à la fin de la gratuité dans les transports en commun, à la taxe d’habitation dont les élus de votre majorité ont soutenu la suppression des abattements et que vous avez refusés de rétablir, aux loyers de plus en plus chers de CUS Habitat, aux extensions massives du nombre de places soumises au stationnement payant, et j’en passe la liste étant intarissable.

Toutes ces augmentations, additionnées les unes aux autres, frappent de plein fouet nos concitoyens, à commencer par les plus modestes. Toutes celles et ceux qui ont de plus en plus de mal à boucler leur fin de mois, à la veille des fêtes de fin d’années, à quelques jours du 25 décembre, étaient en droit d’attendre de votre majorité socialiste et écologiste autre chose en guise de cadeau de Noël.

En surface, vous nous demandez, pas moins, d’approuver pour la zone rouge une augmentation des tarifs de plus de 18 % et pour la zone orange de plus de 15%.

En ouvrage, les proportions sont tout aussi vertigineuses. S’agissant de la zone verte, vous voudriez donner le sentiment généreux de ne pas y toucher. Mais en réalité c’est déjà chose faite, puisque en catimini vous avez profité en juillet dernier de la torpeur estivale et des grandes vacances pour y augmenter les droits de stationnement. Les éléments n’étant pas joints à la délibération, pouvez-vous nous dire à combien cette augmentation s’est-elle montée dans la zone verte et sur quelles bases elle a été décidée ?

Au 1er janvier, ce sont donc en tout 18 900 places de stationnement qui connaitront ou qui auront connu une augmentation conséquente des tarifs. C’est un beau jackpot en perspective, mais sans doute allez vous, une nouvelle fois, nous expliquer que cela ne vous rapporte rien.
Je fini par me demander si finalement il n’aurait peut-être pas mieux valu réaliser le projet de casino, si cher à notre collègue Jean-Jacques Gsell, plutôt que de continuer à jouer régulièrement au manchot avec les habitants de la CUS.

Monsieur le Président,

Avec mes collègues Strasbourgeois nous sommes très inquiets. Quelles seront les augmentations que vous nous infligerez demain, lorsque la situation économique s’améliorera enfin ? Les habitants de la CUS doivent-ils s’attendre à des augmentations encore plus fortes, de 20, voir de 30% ? Devons-nous redouter un doublement du tarif résident ? Comptez-vous mettre en œuvre le projet de péage urbain un temps défendu par votre Premier Vice-président, Roland RIES ?

Enfin sur la forme, vous me permettrez de déplorer vivement votre manière de faire, et de regretter que personne n’ait été consulté sur ces évolutions, à commencer par les conseils de quartier concernés, je pense à celui de la Gare, du centre Ville ou de la Krutenau.

On ne peut pas d’un coté en permanence se faire passer pour les chantres de la démocratie participative et de l’autre passer systématiquement en force comme vous le faites une nouvelle fois !
Favorable à un autre mode de gouvernance, favorable à un gèle durable des prélèvements sur nos concitoyens, qui n’en peuvent plus en temps de crise, je voterai contre ce nouveau mauvais coup porté à leur pouvoir d’achat. 

Photos