Antennes relais : attention à la surexploitation du principe de précaution !

le-telephone-portable1Conseil municipal du 30 septembre  2013
Intervention relative au point N°15 : Approbation d'une convention-type portant occupation temporaire de dépendances du domaine public pour l'installation de stations relais de téléphonie mobile

Monsieur le Maire,
Chers collègues,

Il y a un an, lors du vote relatif à la charte sur la téléphonie mobile, je m’étais abstenu.
Je dois dire que l’intervention posée et argumentée du professeur Nisand sur la surexploitation du principe de précaution, qu’on nous sert à toutes les sauces pour faire capoter des initiatives, m’avait alors dissuadé de m’opposer à cette charte.
Depuis, j’ai eu l’occasion de beaucoup échanger sur cette question.
D’abord au sein de la commission consultative de suivi de la charte sur les au sein de laquelle je siège et où les échanges ont été plutôt instructifs pour moi.
Ensuite, en dehors de cette commission, j’ai rencontré des personnes issues du monde économique qui ne veulent pas voir restreindre les autoroutes d’information et de communication.
J’ai rencontré des habitants, inquiets des conséquences de ces ondes sur leur santé, inquiétudes accentuées par des sites internet qu’ils consultent.
J’ai rencontré des scientifiques plus posés et pragmatiques sur ces questions que des militants, qui croient en leur cause mais qui n’ont pas forcément la même connaissance.

Dernièrement, j’ai également parcouru le rapport du Copic (Comité opérationnel sur les ondes de téléphonie mobile) qui formule un certain nombre de propositions dont la plus médiatique à savoir la multiplication des antennes afin de permettre une réduction de leur puissance.

Je sais bien qu’à la veille d’élections qui peuvent préoccuper les uns et les autres, il est parfois difficile de garder à l’esprit l’intérêt général de notre ville tant en matière de santé publique que de développement économique ou d’attractivité.

Il me serait facile de tomber dans la démagogie en la matière mais j’utilise quotidiennement, comme beaucoup d’entre nous, un téléphone portable. Je fréquente les réseaux sociaux via mon mobile même si je ne suis pas le plus assidu. J’ai du wifi à mon domicile comme cela est d’ailleurs le cas au premier étage de notre bâtiment. Pendant ce conseil, certains de nos collègues qui se sont exprimés utilisent ce wifi ou leur portable sans protester contre les ondes dont ils usent.

Je crois qu’il faut rester logique en la matière et s’appliquer à soi-même les dispositions ou plutôt les contraintes que l’on défend ou alors il ne s’agit que de postures visant à glaner des suffrages.

Pour ma part, je vais aller au bout de ma logique en approuvant la convention type qui nous est proposée car c’est bien d’une convention qu’il s’agit d’approuver cet après-midi et pas d’un débat scientifique.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>