Lettre ouverte aux candidats à la présidence de l’UMP

 

 

Au soir du 28 novembre prochain, les militants de l’Union Pour un Mouvement populaire auront désigné leur nouveau Président.
La personnalité qui aura été élue aura d’abord la lourde tâche d’organiser notre mouvement avec pour objectif prioritaire la reconquête des territoires.

Elle devra tout mettre en œuvre pour préparer au mieux les élections municipales, cantonales, européennes puis sénatoriales programmées en 2014 voire en 2015.

 

Lors de ces rendez-vous il ne s’agira pas de prendre une revanche sur le passé, mais bien de préparer l’avenir en sachant adapter notre projet et notre message aux nouvelles réalités du terrain. En clair, savoir se remettre en question pour permettre à notre mouvement et surtout à nos candidats, de proposer à nos concitoyen(ne)s une nouvelle espérance, une alternative, une perspective.
Cet élan, passera d’abord par la désignation rapide des candidats qui seront chargés de défendre nos valeurs.
C’est sur cette question que notre mouvement doit en priorité entamer sa révolution interne. Trop de fois des candidatures ont été imposées d’en haut. Trop de fois elles ont fait l’objet de négociations entre états-majors, entre « notables » souvent adeptes du conformisme, rétifs au changement et à tout renouvellement, au mépris de la base, de nos militants et même des élus de terrain.

 

J’appelle nos prétendants à la présidence de l’UMP à s’engager en faveur d’une plus grande démocratisation du processus d’investiture.
 

Nos candidats à des scrutins uninominaux mais aussi nos têtes de listes doivent à l’avenir être désignés directement  par nos militants, à l’issu d’un débat interne et d’un vote démocratique et transparent comme cela est en cours pour la désignation du président de l’UMP.
Pour les scrutins de liste, la composition de ces dernières devra également être entérinée par les suffrages des adhérents.
Localement,  Roland Ries et le Parti Socialiste avaient su entamer cette nécessaire démocratisation du processus de désignation lors des dernières élections municipales à Strasbourg. Cette initiative avait généré une véritable dynamique de campagne, donné une légitimité forte à toute son équipe et permis d’éviter les traditionnelles querelles provenant des éventuels déçus, qui font généralement leur apparition au moment même où la campagne est censée battre son plein.

 

A l’UMP, nous devons tirer les conséquences de ces nouvelles exigences auxquelles aspirent la majorité de nos militants, qui ont fait le choix, pas toujours évident, de s’engager dans une formation politique.
Nous ne devons pas avoir peur du débat démocratique. Nous ne devons pas craindre l’avis de nos militants.
Au contraire, nous devons en faire une force et nous appuyer sur leur énergie, leurs compétences, leur intelligence, leur bon sens.

 

Aussi j’appelle nos candidats à la présidence de l’UMP à permettre, à l’ensemble de nos militants, de désigner démocratiquement, avant octobre 2013, leur future tête de liste aux municipales et d’entériner la composition de la liste que cette personne aura élaborée dans le dialogue et la concertation.
A Strasbourg, nos 1200 adhérents doivent pouvoir s’exprimer librement !

 

Notre mouvement doit également mener une nécessaire réflexion et être force de propositions sur la question du statut de l’élu (local comme national), sur la question du cumul des mandats, des fonctions et des indemnités, que nos concitoyens ne comprennent plus, voire rejettent.
Au XXIème siècle, les responsabilités qui pèsent sur celle ou celui qui préside un exécutif local, ne lui permettent plus d’exercer en même temps un mandat parlementaire.
Je défends l’interdiction du cumul de ces mandats. Les collectivités territoriales comme les grandes villes ou les grandes agglomérations ont besoins d’un maire ou d’un président à temps plein !

 

Au moment où nous nous présentons devant les électeurs, les règles doivent être claires. Ils doivent savoir pour quoi ils s’engagent. Ils doivent savoir que l’équipe qu’ils auront placée aux responsabilités – en premier lieu sa tête de liste – se consacrera exclusivement à son mandat sans courir plusieurs lièvres à la fois.

 

La future présidence de l’UMP devra prendre les échéances les unes après les autres en ne faisant l’impasse sur aucun scrutin.
C’est à travers une implantation locale réussie et un enracinement dans nos territoires qu’il sera ensuite possible de penser plus sereinement à des échéances plus lointaines comme la prochaine élection présidentielle.

 

Voilà ce qu’attend, comme beaucoup de nos adhérents et sympathisants dont j’ai toujours été proche et à l’écoute, le militant UMP et élu municipal de terrain que je suis.
Voilà, par-delà les qualités personnelles des différents candidats en lice, ce qui déterminera mon choix dans cette élection interne.

 

Jean-Emmanuel ROBERT
Conseiller municipal et communautaire
Délégué de la 1ère circonscription du Bas-Rhin et conseiller national de l’UMP

2 réponses à Lettre ouverte aux candidats à la présidence de l’UMP

  • Oswald Damien dit :

    Jean-emmanuel,
    Nous nous connaissons peu, à part une ou deux rencontres fortuites nous n’avons jamais eu l’occasion de réellement discuter.
    Je trouve que ta lettre est tout simplement l’essence de la Politique avec un grand P. Elle rejoint tout à fait une phrase célébre du général de Gaulle, que malheureusement nos hommes ou femmes politique ont oublié depuis longtemps  » la politique, quand elle est un art et un service, non point une exploitation, c’est une action pour un idéal à travers des réalités « .
    Aujourd’hui de nombreuses personnes pensent comme toi et se languissent de trouver un souffle nouveau en politique. Une politique qui ne serait pas le pouvoir de posséder ( un titre ou un poste ) mais le pouvoir de faire et d’agir pour le bien de la communauté.
    Ceci peut également être perçu comme de la naïveté, et je perçois les sourires en coin qui peuvent naître sur le visage des personnes lisant ce post. Mais non, il n’y a pas de fatalité…Les postes d’élus ne sont pas réservés à une caste, vivant dans les mêmes cercles, lisant les mêmes lectures, faisant parti d’un même corps de métiers. Bien entendu c’est difficile, bien entendu se faire entendre est quasiment mission impossible mais moi aussi, comme toi, je ne désespère pas qu’un jour la démocratie soit réelle à l’UMP, comme ailleurs.
    Le cumul permet d’asseoir son autorité et sa personne, non plus grâce à la compétence mais à la force, et cela en faisant en sorte de ne laisser aucune tête dépasser. Etant chef d’entreprise, j’ai toujours été appeuré par le manque de compétence économique de nombreux élus, cette compétence étant pour moi l’une des plus précieuses pour administrer un service, une ville, un département ou une région. Mais nous savons depuis longtemps que la compétence n’est pas forcement nécessaire à la victoire, ni aux honneurs.
    Donc, bravo pour ta lettre, espérons qu’elle trouve l’écho qu’elle mérite.
    Damien Oswald.

  • Jean-Claude dit :

    Cher Jean-Emmanuel,
    Je suis 100 % d’accord avec toi. Depuis le temps que j’attends que des élus tiennent un tel discours frappé du coin du bon sens.

    Merci pour tout ce que tu fais pour Strasbourg, pour l’UMP et pour nous.
    Tu dois être notre tête de liste en 2014 car il faut à présent organiser la relève et préparer l’avenir. Même si tu ne gagnes pas en 2014, tu auras de fortes chances la fois d’après alors que tous les autres seront trop vieux !
    Tu peux compter sur mon soutien
    Amicalement
    Jean-Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Photos

Retrouvez-moi sur Facebook

  • Strasbourg gagne, Mulhouse perd - France 3
    Strasbourg gagne, Mulhouse perdFrance 3C'est la première victoire de la saison à l'Iceberg pour Strasbourg en Ligue Magnus. L'Etoile Noire a dominé Epinal (5-4) après prolongations hier soir, samedi 13 octobre. Et pourtant c'était très mal parti. Ils étaient menés (1-4) en début de ... […]
  • Philippe Lacoue-Labarthe, ou «l'horreur occidentale» - Le Nouvel Observateur
    Le Nouvel ObservateurPhilippe Lacoue-Labarthe, ou «l'horreur occidentale»Le Nouvel ObservateurMort en 2007, Philippe Lacoue-Labarthe fut pendant trente ans le partenaire de Jean-Luc Nancy au département de philosophie de Strasbourg. Lecteurs de Heidegger, disciples de Derrida, ils animèrent ce que l'on appela l'école de Strasbourg, mélange de […]
  • Info FM, Pierre Ducrocq : « Quel gâchis pour la ville de Strasbourg et ... - Foot Mercato.net
    Info FM, Pierre Ducrocq : « Quel gâchis pour la ville de Strasbourg et ...Foot Mercato.netJoueur de Strasbourg entre 2007 et 2009, Pierre Ducrocq reste marqué par son passage en Alsace. Si sa carrière est avant tout placée sous le sceau du PSG, le natif de Pontoise est navré de voir les pensionnaires du Stade de la Meinau végéter désormais ...et plus encore  […]
  • Architecture Un festival inédit à Strasbourg pour rallumer la ... - L'Alsace.fr
    L'Alsace.frArchitecture Un festival inédit à Strasbourg pour rallumer la ...L'Alsace.frCa va faire un tabac ! » Jean-Mathieu Collard, président du conseil de l'Ordre des architectes d'Alsace, ne mégote pas sur un bon mot quand on lui demande si les « 24 heures d'architecture » peuvent être un succès public. Il est vrai que cet événem […]
  • EGC de Strasbourg : "le message de Jésus était subversif" - Secours Catholique / Caritas France - Association humanitaire
    EGC de Strasbourg : "le message de Jésus était subversif"Secours Catholique / Caritas France - Association humanitaireLes débats se poursuivent aux États Généraux du christianisme à Strasbourg. Dans l'un, l'historien Jean-Christian Petitfils et le président du Secours-Catholique, François Soulage, se sont essayés à répondre à la question […]