Archives mensuelles : décembre 2011

Avec Roland Ries et le PS, c’est « faites ce qu’on dit et pas ce qu’on fait » !

 

Roland Ries, Maire de Strasbourg et responsable du pôle transports dans l'équipe du candidat PS François Hollande, vient de se fendre d’un communiqué dans lequel il dénonce la prochaine hausse des tarifs de la SNCF. Il estime que « Cette annonce est un nouveau coup dur porté au pouvoir d’achat des Français ».

 

Cette sortie médiatique et très politicienne est plutôt malvenue de la part du Maire de Strasbourg puisqu’il vient de faire adopter, il y a quelques jours, une nouvelle hausse des tarifs de la Compagnie des Transports Strasbourgeois (CTS), la quatrième depuis 2008, qui entrera en vigueur le 1er février prochain.

 

Depuis son accession aux responsabilités, le prix d’un ticket Tram à Strasbourg aura augmenté de plus de 23% (1€30 à 1€60), le prix de l’aller-retour de 20% (2€50 à 3€) et le prix de l’abonnement mensuel de plus de 14% (40€ à 45€60) sans compter la suppression de la gratuité pour plus de 35 000 usagers (handicapés, anciens combattant, demandeurs d’emploi…).

 

Roland Ries est par conséquent fort mal placé pour faire la leçon en la matière à qui que ce soit. Le PS, l’est tout autant puisque les différentes collectivités qu’il gère en ont fait de même ces dernières années avec les transports en commun locaux ou régionaux.

 

Cette nouvelle hausse des tarifs de la SNCF est pourtant inopportune pour les usagers qui payent déjà chèrement leurs déplacements en TGV. Elle l’est encore davantage pour les Alsaciens qui ont contribué fortement, via leurs impôts, à financer la réalisation des lignes Est et Rhin-Rhône (CF mon communiqué du 10 décembre dernier).

 

Ce n’est pas parce que nous sommes en précampagne présidentielle que le Parti Socialiste et ses élus doivent raconter n’importe quoi.

C’est prendre les Français pour des imbéciles que de tenir un discours au plan national diamétralement opposé à leurs actes concrets à l’échelon local.

Prix du billet TGV : une double charge pour les Alsaciens

         

 

Aujourd'hui,  le TGV Rhin Rhône est officiellement inauguré.

Comme son grand frère, le TGV EST, la réalisation de ce projet a été rendue possible grâce à la participation financière très importante des collectivités locales.

Entre le TGV Est (première phase et seconde phase) et le TGV Rhin-Rhône, les collectivités alsaciennes auront investi dans ces projets environ 800 M€.

Cette participation des collectivités, première en la matière, avait été rendue nécessaire sous la pression de l’Etat et de RFF qui s’appuyaient sur des études prédisant l’absence de rentabilité de ces lignes.

Si nous voulions voir rapidement le TGV arriver en Alsace, il fallait donc mettre la main au porte-monnaie.

 

Depuis la mise en service officielle de la première phase du TGV Est, le 10 juin 2007, il apparait que cette ligne rencontre un véritable succès. Sa fréquentation est bien largement supérieure aux estimations initiales. Ce sont, en effet, plus de 50 millions de passagers qui ont été transportés en quatre années d’exploitation.

Pour la SNCF, le TGV Est est aujourd’hui la ligne la plus rentable. Elle y pratique d’ailleurs les tarifs les plus élevés.

 

Au regard de la contribution financière importante des collectivités alsaciennes, cette situation m’apparait anormale. Les alsaciens payent plus cher leurs billets que les usagers des autres lignes alors qu’à travers leurs impôts, ils ont financé très fortement la réalisation du TGV Est.

 

Au-delà des très nombreux aspects positifs qu’a pu générer l’arrivée du TGV sur l’économie locale, cette double peine pour les Alsaciens, en particulier pour les Strasbourgeois et les habitants de la CUS, constitue une véritable injustice. D’ailleurs, beaucoup de ménages modestes hésitent aujourd’hui à se déplacer en train du fait de ces tarifications.

 

Afin de protéger le pouvoir d’achat des Alsaciens, les collectivités alsaciennes doivent à présent exiger de la part de la SNCF une politique tarifaire moins agressive, qui tienne compte de l’engagement financier important de nos collectivités dans la réalisation de ces lignes.

 

Jean-Emmanuel ROBERT

Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg

 

Lettre ouverte à Jacques Bigot

 

 

Strasbourg, le 08 décembre 2011

 

Monsieur le Président,

 

Le 25 novembre dernier, le conseil de CUS a été amené à approuver une seconde fois la délibération relative au schéma directeur des Transports qui porte notamment sur la desserte de l’Ouest de l’agglomération et en particulier de Koenigshoffen. Ce vote, réalisé sans le nécessaire quorum, visait surtout à renforcer juridiquement la concertation actuellement menée et à réparer une erreur qui aurait rendu la concertation illégale.

 

Malheureusement, de nombreux éléments nous amènent à penser que cette concertation est biaisée et que vos choix sont déjà faits.

 

D’abord, nous avons découvert qu’un appel d’offre concernant la « Fourniture de matériel roulant de type véhicule guide sur pneus pour le réseau de la CTS » avait été lancé par la CTS le 5 novembre dernier avec pour date limite de réponse le 2 décembre. Cela démontre très clairement que tout est déjà bouclé. La concertation des habitants de la communauté urbaine est donc purement formelle. En fait, elle ne constitue qu’un simple affichage puisque la concertation prendra fin 26 jours après l’expiration de cet appel d’offre.

 

Pourtant, en parallèle de ce projet déjà ficelé, il existait une alternative : le tram fer. Malgré nos régulières demandes, vous avez toujours refusé de nous présenter, en toute transparence, un comparatif entre les différentes extensions programmées prenant en compte leur coût, leur fréquentation prévisionnelle ou leur bilan d’exploitation. Vous avez toujours refusé de nous présenter un comparatif entre les différents modes de transport, tram fer, tram sur pneus ou même Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). Idem pour les tracés. Tout a été décidé dans le secret de vos bureaux du 9ème étage de la CUS sur le dos de nos concitoyens.

 

Pourtant, vos choix sont contestables et les documents en notre possession le prouvent :

 

D’après l’étude TTK de juillet 2011, donc toute récente, il ressort clairement que prioriser l’extension vers Kehl comme vous l’avez fait constitue une erreur lourde. D’abord, il s’agit de l’extension qui nécessitera l’investissement le plus important comme le démontre l’étude. Entre l’infrastructure, l’aménagement de l’espace public et l’acquisition du matériel roulant, cette extension est pour l’instant estimée à 71,8 M€HT pour à peine 5 213 voyageurs/jours supplémentaires. Le déficit annuel d’exploitation de cette ligne est quant à lui estimé à 900 000 euros par an. Toujours selon cette étude, le tracé retenu pour Illkirch vers le presbytère est estimé à 27,9M€HT (infrastructure + aménagement de l’espace public et acquisition du matériel roulant) pour 4700 voyageurs/jours supplémentaires.

 

Ces deux projets que vous avez priorisés sont à comparer à l’extension de la ligne F du Tramway vers Wolfisheim, tracé qui est clairement détaillé dans l’étude TTK et qui offre d’ailleurs deux variantes possibles. Son cout, (infrastructure + aménagement de l’espace public et acquisition du matériel roulant) jusqu’au terminus de Wolfisheim est estimé à 67,1M€HT. L’étude table sur 19 200 voyageurs par jours supplémentaires soit 14 000 de plus que vers Kehl.

 

Cette étude TTK démontre donc de manière incontestable et spectaculaire, que l’intérêt général ne prime aucunement dans vos choix stratégiques ! A l’heure où chaque dépense des deniers publics compte- il nous semble important d’investir intelligemment dans l’intérêt de nos concitoyens, en l’occurrence les habitants de l’Ouest de l’agglomération. Il est irresponsable de vouloir dépenser près de 72M€ pour réaliser le Tram vers Kehl alors que les études démontrent que ce sera un échec commercial.

 

Certes, pour justifier ces choix Roland Ries, Sénateur-Maire de Strasbourg, Premier Vice-président de la CUS en charge des transports et Président de la CTS, explique que le tram sur pneus vers Wolfisheim est une création de ligne et pas une extension et que c’est pour cette raison que l’on peut se permettre de choisir un autre matériel roulant. A cela, il ajoute aussi la question des coûts. Les arguments pour défendre cette solution sont pourtant très discutables :

 

1) prolonger la ligne F vers Wolfisheim en passant vers les boulevards constitue bien une extension et non pas une création de ligne donc, suivant l’argumentation développée par Roland Ries pour défendre la réalisation du tram fer vers Kehl et Illkirch, on ne peut pas changer de matériels.

 

2) Si la priorité des collectivités était réellement d’améliorer le service public en maitrisant les coûts, c’est clairement l’extension de la ligne F qui serait mise en œuvre. Elle est moins coûteuse que Kehl et touchera beaucoup plus d’usagers comme le démontre l’étude TTK.

 

Monsieur le Président, Il est encore temps de faire machine arrière en privilégiant les intérêts de la CUS et surtout ceux de nos concitoyens. Reportons la réalisation d’un tram vers Kehl à l’urbanisation effective de ces secteurs et rendons prioritaire la réalisation d’un tramway sur fer vers l’ouest de l’agglomération, Eckbolsheim et Wolfisheim inclus ! Non seulement il s’agira d’une décision au service de l’intérêt général mais elle permettra aussi à notre collectivité de réaliser des économies conséquentes tant sur le plan de l’investissement que sur le coût de fonctionnement de notre réseau de transports en commun.

 

Nous vous prions d’agréer, monsieur le Président, l’expression de nos respectueuses salutations.

 

Anne Schumann

Jean-Emmanuel Robert

Courrier à Roland Ries et Jacques Bigot en faveur d’une Métropole à Strasbourg !

   

  Strasbourg, le 7 décembre 2011

 

Monsieur le Maire,
Monsieur le Président,

 

Le congrès, réunissant les élus du conseil général du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et du conseil régional, vient d’entériner la création d’un Conseil d’Alsace en 2014.

Les deux années à venir seront consacrées à l’élaboration des statuts du fonctionnement de cette nouvelle collectivité.

 

Face à cette avancée institutionnelle importante, Strasbourg et sa communauté urbaine ne peuvent rester immobiles.

 

Nous devons profiter des deux années à venir pour préparer nos deux collectivités à l’émergence d’une véritable métropole permise par la loi du 16 décembre 2010. Cette métropole pourra à la fois renforcer considérablement le statut de capitale européenne de Strasbourg tout en la positionnant définitivement comme capitale régionale. Elle devra aussi permettre à nos concitoyens de gagner en lisibilité sur notre fonctionnement institutionnelle qui s’apparente aujourd’hui davantage à un millefeuille et surtout simplifier leurs démarches.

 

Ces deux années devront donc être consacrées à la négociation, à la fois avec le conseil général du Bas-Rhin, la région Alsace mais aussi l’Etat, des compétences qui pourraient être déléguées à cette future métropole (gestion des routes départementales, action sociale -qu’on récupèrerait définitivement mais pour toute la CUS-, les collèges et les lycées, développement économique de notre territoire,…) ainsi que leurs financements. Ces négociations pourraient également inclure le financement des investissements déjà programmés sur le territoire de la CUS et de la Ville ainsi que d’autres programmes.

 

Dans cet esprit, je vous demande de bien vouloir initier, au sein de nos deux assemblées, un véritable débat sur l’opportunité de constituer une métropole. Ce débat devra ensuite être suivi de la constitution d’un groupe de travail représentatif chargé de travailler sur les compétences de cette future collectivité avant d’entamer les nécessaires négociations avec la région, le département et l’Etat.

 

Le train du Conseil d’Alsace étant à présent lancé, nous ne pouvons plus nous permettre de perdre davantage de temps. Nous devons accompagner cette révolution institutionnelle afin qu’en 2014, l’Alsace et Strasbourg gagnent en efficacité dans l’action publique et en rayonnement.

 

Je vous prie de d’agréer, Monsieur le Maire, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations les meilleures.

 

Jean-Emmanuel ROBERT

 

Monsieur Roland RIES

Maire de Strasbourg

1 parc de l’Etoile

67076 STRASBOURG cedex  

 

Monsieur Jacques BIGOT

Président de la CUS

1 parc de l’Etoile

67076 STRASBOURG cedex

Photos

Retrouvez-moi sur Facebook

  • La Taverne Française - Strasbourg - Journal des spectacles
    La Taverne Française - StrasbourgJournal des spectaclesLe bar «La taverne Française» se situe entre les arrêts de tram Gallia et République, à Strasbourg. La Taverne Française 12 rue de la Marseillaise 67000 Strasbourg Tel : 03 88 24 57 89. Agrandir le plan. Commentaires. Il n'y a actuellement aucune ... […]
  • Strasbourg cherche toujours son pigiste - Eurosport.com FR
    Strasbourg cherche toujours son pigisteEurosport.com FRStrasbourg s'est mis en quête d'un pigiste médical, qui peut être non-JFL. Mais deux semaines après l'annonce de la blessure de son pivot français, la SIG n'a toujours pas trouvé de nouveau joueur. "C'est compliqué. On a assez peu d'argent et on a ...Le Limoges CSP de r […]
  • Grandes écoles: rapprochements et fusions en série - Le Monde (Blog)
    Grandes écoles: rapprochements et fusions en sérieLe Monde (Blog)Pour l'EM Strasbourg et l'ESC Rennes, il s'agit d'abord de rapprocher leurs concours puisque les deux établissements proposeront dès cette année aux candidats issus de classes préparatoires une inscription commune aux épreuves écrites du concours ... […]
  • Pronostic Limoges - Strasbourg - meilleuresCotes.com
    Pronostic Limoges - StrasbourgmeilleuresCotes.comAujourd'hui à 20h30, Limoges affronte Strasbourg dans le cadre de la Pro A. meilleuresCotes.com vous propose ses conseils pour faire votre pronostic et bien parier sur Limoges - Strasbourg. Nous vous proposons le comparateur de cotes de ce match. […]
  • Fitch a les clefs du succès - Le Figaro
    Le FigaroFitch a les clefs du succèsLe FigaroStrasbourg a mis le temps pour dénicher le «successeur» de Rashad McCants. Mais les habitués du Rhénus ne devraient pas être déçus d'avoir attendu… La SIG annonçait en effet l'arrivée de Gerald Fitch il y a un peu plus de trois semaines, soit un mois ...et plus encore » […]