Archives mensuelles : janvier 2011

Agir en faveur de l’intérêt général !

 

Conseil de communauté du 28 janvier 2011

Intervention de Jean-Emmanuel Robert

Point N°53 : Création d’une mission d’information et d’évaluation

 

Monsieur le Président,
Chers collègues,

L’évènement neigeux de ce début d’année mais surtout ses conséquences pour la population et l’activité économique a beaucoup marqué les esprits. Il a démontré que manifestement, le nouveau plan de viabilité hivernale présenté en octobre n’était pas adapté à la situation.
Le premier phénomène neigeux que nous avons connu au début du mois de décembre en avait déjà démontré les limites. De nombreuses rues de la CUS et particulièrement à Strasbourg, étaient restées impraticables sur plus d’une semaine. Il faut dire qu’en l’espèce la décision non concertée de ne procéder à aucun salage quelque soit l’intensité des chutes de neige, dans de nombreuses rue de Strasbourg, était pour le moins malvenue.

Face au chao suscité par ces phénomènes neigeux, après celui déjà généré l’année dernière où nous avions été en rupture totale de sel, je vous ai proposé, dans un courrier en date 6 janvier, de bien vouloir mettre en place une mission d’information et d’évaluation afin que nos collectivités soient mieux préparées à l’avenir.

A travers cette délibération, vous donnez une suite favorable à cette proposition et je vous en remercie. La création de telles missions va dans le sens de l’intérêt général. Elles nous permettent de travailler ensemble, par delà nos opinions et ce, dans l’intérêt de nos concitoyens. Ces missions constituent, me semble-t-il, une véritable avancée démocratique et nous devrions y avoir recours à chaque fois que la situation l’exige.
Sur le fond, vous placez cette mission dans un cadre plus globale des retombées locales des crises climatiques.
Je permets toutefois de vous préciser qu’à mon sens ce n’est pas exceptionnel qu’il fasse froid et qu’il neige en hiver. Cela me semble d’ailleurs plutôt être la norme, et la douceur exagérée du climat en hiver, une conséquence du dérèglement climatique. Depuis 2 ans donc, nos hivers sont froids et neigeux et nous devrions presque nous en réjouir. Certes, l’intensité avait, elle, de quoi surprendre.
Les véritables nuisances de ce dérèglement sont davantage à chercher du coté des précipitations qui suscitent des inondations, du coté des fortes vagues de chaleurs – même si depuis l’instauration d’un plan canicule nous n’avons plus connu de situations aussi exceptionnelles qu’en 2003 – de grand froid ou de vent à l’instar de la tempête de 99 par exemple.

Pour les phénomènes neigeux, nous avons la chance dans notre région et en particulier à la CUS, d’avoir des agents qui ont l’expérience de la neige. Ils font un travail remarquable à condition qu’on leur en donne les moyens.
Nous savons tous qu’ils ont été très sollicités depuis fin 2010 et qu’ils risquent encore de l’être d’ici le mois d’avril. Je tiens ici, à saluer leur investissement au quotidien.

Vous nous avez présenté les moyens mis en œuvre cette année et depuis 1998.
Ce qui nous intéresse aussi, c’est de connaitre l’évolution des moyens humains et mécaniques de notre collectivité non pas sur 10 ans mais depuis le début des années 80.
Ce qui doit nous guider c’est évolution du climat sur cette période mais aussi ce que nos scientifiques, les météorologues, envisagent comme évolutions futures. Il faut savoir d’où nous partons pour décider vers quoi nous devons aller.
Le cœur de cette mission sera, à mon sens, d’apporter des réponses concrètes à ces évènements en tenant compte de leur impact budgétaire, le rôle de l’élu étant aussi de procéder à des arbitrages.

Je vous ai formulé plusieurs propositions notamment en matière de stockage du sel. Ce n’est pas en pleine crise qu’il faut songer à s’approvisionner en profitant de la moindre occasion pour rejeter la rupture des stocks sur d’autres, la clé du problème résidant dans la quantité de sel stockée manifestement trop faible pour la CUS. S’agissant de l’épandage, il faut l’adapter proportionnellement et en fonction des prévisions météo. Il est en revanche impératif d’envisager un passage de la de la lame dans un maximum de rues, et la nécessité pour les automobilistes de disposer d’équipement adaptés. Il faut insister sur l’obligation des propriétaires ou locataires principaux de déblayer les trottoirs pour laquelle il faudra réfléchir à la concrétisation de sa mise en œuvre, en matière de maintien des transports en communs et en matière de collecte des ordures ménagères.

Sur cette dernière, je suis stupéfait que ce soit l’enlèvement de plus de 1000 bacs visant à les protéger des voyous lors de la nuit de la saint sylvestre qui a privé des milliers de nos concitoyens de la moindre collecte pendant près de 10 jours, alors qu’on nous explique que tout va pour le mieux à Strasbourg en matière de sécurité.

Vous m’avez proposé de participer à cette mission d’information et d’évaluation qui aura un champ d’action plus large. Je salue cette initiative et c’est dans esprit constructif, désireux d’œuvrer dans l’intérêt général de nos concitoyens, que j’accepte bien volontiers cette proposition car je suis avant tout un Strasbourgeois attaché à ma ville et à notre Communauté Urbaine.

Je vous remercie 

Le Leclerc Express (Coop) de la cité Westhoffen serait donc le prochain magasin de proximité menacé ?

 

A chaque fois, c’est le même scénario. Une information filtre, les habitués se mobilisent, les élus s’indignent et le groupe  Coop se retranche derrière la dégradation de son bilan économique pour justifier sa décision.

Pourtant nous avons chacun à notre niveau une responsabilité.

Les élus d’abord. De gauche comme de droite, ils ne cessent d’accorder des extensions des grandes galeries commerciales qui se développent au détriment du commerce de proximité. Récemment encore, nous avons appris l’extension de 3550 m2 de la gallérie commerciale d’Auchan Hautepierre. Certes, ont met en avant la création d’une centaine d’emplois, ce sera sans doute moins, mais tout le monde oublie de préciser que cette extension se fera au détriment d’autres commerces, souvent de proximité. En l’espèce, ce sont ceux de Koenigshoffen ou de Cronenbourg qui seront les premiers impactés. Il est donc facile de s’indigner, de protester, quand par des décisions politiques on augmente plus que nécessaire l’offre commerciale !

Le groupe Coop ensuite. Depuis des années, il se montre incapable de s’adapter aux évolutions comportementales de leurs clients et reste figé sur des recettes qui fonctionnaient dans les années 70-80 alors que les habitudes commerciales ont beaucoup changé, notamment à Strasbourg. Beaucoup d’actifs font leurs courses plus tard, après 19h00. Là où d’autres enseignes ont su faire évoluer leur amplitude horaire en ouvrant jusqu’à 20h30, parfois 21h00, les Coop strasbourgeois ferment leurs rideaux à 19h30 en refusant des clients dès 19h00.

A cela, il faut aussi rajouter le problème de l’offre commerciale. Souvent les rayons des magasins Coop que je fréquente connaissent des ruptures de stocks de certains produits sans compter que l’offre y est moindre. Au Leclerc Express de la route des Romains par exemple, la poissonnerie y est définitivement fermée en dehors des fêtes de Noël. Je suis d’ailleurs très inquiet pour l’évolution de cette enseigne. Ce serait un nouveau mauvais coup porté à ce quartier après la récente fermeture de la station Total.

Les consommateurs enfin. Par leur comportement commercial, ils contribuent à la bonne santé ou non des commerces de proximité. Souvent, les clients – dont je fais partie – préfèrent se rendre en voiture dans un hypermarché (Auchan Hautepierre, Auchan Illkirch, Cora Vendenheim,…) parce que l’offre y est plus importante mais aussi, il faut bien le reconnaitre, parce que les prix y sont plus intéressants. Et que dire de ceux qui partent faire leurs courses en Allemagne ? Ces habitudes commerciales se font naturellement au détriment du commerce de proximité.

Il est pourtant indispensable, surtout pour nos ainées, et doit à ce titre être protégé. Il s’inscrit aussi dans une démarche de développements durable qui vise à réduire les déplacements. A titre, je souhaite que soient gelées durablement les extensions commerciales des grandes surfaces ou de leurs galeries.

Elus, consommateurs, groupe Coop ou autres enseignes, nous avons tous une responsabilité dans ces fermetures. A nous de faire évoluer notre approche pour sauver et surtout redynamiser le commerce de proximité.

 

Jean-Emmanuel ROBERT
Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg

 

Sécurité : Priorité aux victimes !

Un Strasbourgeois m’a transmis une copie d’un courrier qu’il a envoyé au Maire de Strasbourg.
Plus que jamais, je pense que nos concitoyens ont le droit de savoir. Parler de la détresse des victimes, reconnaitre qu’ils sont vraiment des victimes, enregistrer leur plainte mais aussi les accompagner dans leurs  démarches me semble essentiel. Voilà le sens de mon engagement !

Voici son courrier.

 

Monsieur,

Tout d’abord BONNE ANNEE comme on le souhaite en ce début d’année 2011.

Pour nous, mon épouse et moi-même, retraités, habitant le quartier de XXXXXX, la rue XXXXX, depuis 1969, ce début de l’année à très mal commencé !

XXXXXX est notre quartier où nous avons nos habitudes mais aussi nos craintes et nos peurs : dégradations diverses et surtout incendies de voitures. Tous les ans, à l’approche des fêtes de fin d’année plus particulièrement, mais aussi tout au long de l’année, nous vivions dans la hantise de voir notre véhicule brûlé et ainsi supprimé en quelques minutes notre moyen de transport nous permettant de faire nos achats hebdomadaires, de partir le week-end et surtout de voir nos enfants et petits enfants qui habitent hors de la C.U.S. (heureusement pour eux ils sont encore tranquille de ce côté-là, mais pour combien de temps !!).

Nous étions aussi tristes et solidaires pour toutes ces personnes qui perdaient leur moyen de locomotion, leur outil de travail et qui se retrouvaient bien seules face à ce fléau.

Mais voilà, nous venons d’être victime également d’incendie de notre véhicule. Nous avons passé un réveillon de la St Sylvestre relativement « calme » chez nous (de toute façon le nombre des véhicules incendiés cette nuit là étant gardé secret par le gouvernement, cela ne peut être qu’une simple impression), mais il y aurait eu quand même plus de 60 véhicules brûlés (à quand la vérité ????).

Et c’est après avoir passé le jour de l’An en famille, qu’en milieu de soirée du 1er janvier 2011 cela est arrivé. Nous étions devant notre poste de télévision. Vers 22h00, une voisine nous a informés que 2 véhicules étaient en flammes sur le parking devant chez nous encadrant une troisième.

Nous avons appelé les pompiers qui n’ont pas pu intervenir immédiatement (vu qu’ils étaient sur d’autres incendies de voitures) !!! Notre voiture fut donc entièrement carbonisée.

Nous voilà à présent désemparés et bloqués pour nos déplacements. Au-delà de la gêne occasionnée au niveau matériel, cela a également un impact sur notre santé du fait de l’inquiétude et du stress que toutes les démarches (assurances, achat d’une nouvelle voiture, dépôt de plainte…) génèrent.

Alors nous nous permettons de vous adresser plusieurs questions :

  • que font la ville de Strasbourg et son Maire en particulier pour ses citoyens ?
  • quels sont les moyens mis en œuvre pour les aider et assurer la protection de leur bien et de leurs personnes ?
  • on parle seulement des incendiaires, mais qu’en est-il des victimes ?
  • que fait la police de quartier ? nous ne la voyons jamais et lorsqu’elle vient dans notre quartier à la poursuite de scooter, elle se fourre dans des culs de sac, ce qui dénote d’une maitrise « parfaite » de notre quartier !
  • que fait le préfet, est-il au moins au courant de ce qui se passe dans les quartiers ?
  • attendez-vous que les habitants fassent eux-mêmes la police ?
  • attendez-vous un drame humain si une des victimes s’interpose pour sauver son véhicule ?

Au-delà de ces questions que nous nous posons depuis de nombreuses années, nous vous sollicitons pour obtenir une aide exceptionnelle pour nous permettre l’achat d’un nouveau véhicule.

Cette lettre est un cri de désespoir face à la dégradation des conditions de sécurité dans nos cités. Même si cela est moins relayé par les médias, l’insécurité persiste et touche toutes les populations sans discrimination !

Nous aimerions également engager une discussion entre Monsieur le Maire et les Habitants de ce quartier en matière de sécurité, afin de trouver les réponses aux différentes problèmes et assure notre sécurité.

Nous vous remercions d’avance pour l’attention que vous porterez à notre demande et vous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de nos sentiments distinguées.

PS : info de dernière minute :

L’un de nos petits enfants qui habite la rue xxxxxx perpendiculaire à la nôtre (n°x) a vu une voiture d’un voisin qui a brulé le samedi 8 janvier à 23h00 – ça continue et on n’est plus le 31 décembre 2010… en une semaine de temps 5 voitures ont brûlés dans la rue xxxxxx et 8 ont eu les fenêtres cassées.
Sachez que notre rue est réputée pour être la plus calme du quartier !!!

Jacques Bigot va instaurer une mission sur le déneigement de Strasbourg et de la CUS !

 

JEAN-EMMANUEL_ROBERT_3_Jacques Bigot a décidé de répondre favorablement à ma proposition de création d’une mission d’information et d’évaluation du plan de viabilité hivernale de Strasbourg et de la CUS.

Je salue cette décision qui nous permettra de travailler ensemble, par delà nos divergences politiques, dans l’intérêt de tous nos concitoyens afin de permettre qu’à l’avenir, la situation rencontrée en début d’année ne se reproduise plus.

J’ai déjà formulé un certain nombre de propositions concrètes que je compte relayer au sein de cette mission dont j’ai accepté d’être membre. Ces propositions concernent les opérations de déneigement incombant à la CUS, les opérations de déneigement incombant aux particuliers, les déplacements ou le maintien des services publics comme la collecte des ordures ménagères. Je développerai en détail ma position lors du prochain conseil de CUS qui se tiendra vendredi prochain. Servir Strasbourg et sa Communauté Urbaine au service de l’intérêt général, telle est la volonté qui m’anime !

Jean-Emmanuel ROBERT
Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg

Modification N°33 du POS de Strasbourg : Pour un référendum local !

 

Conseil Municipal du 17 janvier 2011
 

Point N° 35 : Interpellation relative à la modification N°33 du POS de Strasbourg

A voir en vidéo en cliquant ICI 

 

Monsieur le Maire,
Chers collègues,

Je rejoins naturellement les propos de notre collègue, Geneviève Werlé.
Aussi bien lors du dernier conseil municipal que lors du conseil de communauté de décembre, nous nous étions résolument prononcés contre cette modification du POS.
Tout d’abord, comme l’a rappelé Geneviève Werlé, parce que la concertation a été réduite à son strict minimum. Elle s’est quasiment organisée sous le manteau et même des élus de votre majorité reconnaissent avoir découvert cette modification une fois la pseudo concertation lancée. Ce qui est vrai pour les élus de la majorité l’est encore davantage pour ceux de votre opposition, pour les conseils de quartier, pour les associations des quartiers concernés et surtout, pour les habitants, savamment éloignés de ces modifications pourtant fondamentales.
La méthode n’est pas bonne. Elle est bien éloignée de vos promesses de campagne.

Sur le fond, comme l’a rappelé pour notre groupe notre collègue Anne Schumann, à la ville comme à la CUS, les constructions projetées dans le quartier de Koenigshoffen, sur le site Quebecor (250 logements a aucun moment programmés dans le PLH) ou rue de la Chartreuse (200 logements), nous semblent plus que jamais inadaptées à ce quartier. Elles occasionneront des conséquences lourdes pour le stationnement et la circulation notamment sur la route des Romains qui risque de devenir demain, le pendant de la route de Schirmeck. Vaste programme si je puis dire !
Vous n’avez rien prévu pour y remédier y compris les nécessaires extensions du Tramway que, contre toute logique, vous avez préférées prioriser vers Illkirch et vers Kehl !

Les études de déplacements réalisées, qui étaient évoquées dans les délibérations et que vous avez invoquées lors de notre dernier conseil, ne l’ont été que par secteur or il aurait fallu avoir une vision globale de l’impact suscité par la construction de plus de 770 logements neufs à Koenigshoffen. Comme le soulignait Anne Schumann, vous ne l’avez pas fait car vous saviez bien qu’il aurait été difficile de faire dire à des études autre chose que « la circulation progressera fortement » !
Ce bétonnage, cette densification du quartier – plus de 2 000 nouveaux habitants – génèrera aussi des besoins nouveaux en services publics qui ne sont pas programmés.

Monsieur le Maire, aussi bien pour la modification N°33 que la N°34 du Plan d’occupation des sols, l’évolution constitutionnelle adoptée en 2003, permet, dans son article 72-1, d’organiser des référendums locaux sur les questions qui relèvent de la compétence de la collectivité.
Il ne nous semblerait pas anormal que ce soient nos concitoyens qui se prononcent par référendum sur de telles modifications du POS à moins que vous ne les jugiez pas suffisamment matures pour trancher de telles questions.
Anne Schumann avait déjà formulé cette proposition concrète au Président Bigot qui l’a rejetée, comme toujours, d’un revers de la main.
Je souhaite vous la réitérer aujourd’hui puisqu’à présent nous ne sommes plus contraints par le temps pour entériner ces modifications du POS.
Je vous remercie

Les verts soulèvent un vrai problème mais se trompent pour le GCO !

 

A travers la tribune publiée le 11 janvier dernier, les élus « Europe écologie » et Verts soulèvent le problème que constituent les particules fines que nous respirons dans l’air Strasbourgeois.

Cette concentration de particules s’avère être la plus importante le long de l’axe autoroutier A4/A35. En effet, comme l’a révélé l’ASPA en 2009 et comme l’a confirmé une note confidentielle des services de la ville et de la CUS, ce sont plus de 70 000 de nos concitoyens qui vivent au-dessus d’un seuil supérieur à la norme européenne de 40ug/m3 applicable aux oxydes d’azote et aux poussières.

Les dispositifs actuellement mis en œuvre ne sont naturellement pas suffisants.

Il nous faut à présent trouver de nouvelles solutions. La majorité des propositions formulées par les élus verts me semblent aller dans le bon sens.Pour les transports collectifs, il est en effet urgent d’accélérer le rythme malheureusement, les extensions tramway programmées par la CUS (Kehl, Illkirch et Zénith) ne sont pas celles qui touchent le plus grand nombre d’habitants ou les plus grands bassins de vie. Il aurait été plus judicieux de s’attacher à désenclaver l’Ouest de l’agglomération, parent pauvre des transports en commun.

Pour le transport des marchandises, le fret comme les voies fluviales constituent les meilleures alternatives

Pour le développement économique, il est en effet souhaitable de réimplanter ces activités à proximités des habitations afin d’éviter des déplacements inutiles de 10 kilomètre pour aller par exemple faire ses courses.

Pour la maitrise des énergies, la réhabilitation thermique des logements anciens doit, en effet, être prioritaire.

A ces propositions, il me semble impossible de ne pas évoquer, de manière plus générale, la situation du bonus écologique attribué pour l’achat d’un véhicule neuf mais uniquement sur le critère des émissions de CO2. Ne pas prendre en compte les émissions de particules dans ce dispositif fut une erreur car beaucoup d’achats subventionnés concernaient des véhicules fortement émetteurs. A l’avenir, tout bonus devrait prendre obligatoirement ce critère, tout aussi important, sinon plus, que le CO2

En revanche, il m’est impossible de rejoindre les élus verts sur la question du GCO. La première source d’émissions de particules à Strasbourg et pour la CUS étant l’A4/A35, il faut au contraire remédier à cette erreur historique que constitue la coupure de Strasbourg en deux par une autoroute. Ces voies de circulations doivent être requalifiées en voies urbaines interdites, sur leur trajet urbain, aux poids lourds en transit. La vitesse devra y être limitée à 70km/h avec mise en place d’une voie de circulation de transports en communs en site propre et pourquoi pas avec mise en place d’une piste cyclable sur une voie réservée ou bien une contre-allée.

Afin de permette une desserte ainsi qu’un transit efficace, qui ne pénalise pas le développement économique de la CUS et qui soit économiquement supportable pour les collectivités, la seule et unique solution est bien le Grand Contournement Ouest. Laisser Strasbourg dans le chao que connait quotidiennement l’A4/A35 et que la décision ridicule de limiter la vitesse de 110 à 90km/h n’a en rien soulagée, est irresponsable.

Cela l’est d’autant plus que les nouveaux logements programmés par le Plan Local d’Urbanisme dans les différentes communes de la CUS ne feront qu’accroitre la circulation automobile sur cet axe. Il nous faut au contraire la diminuer et la fluidifier, les bouchons étant également de forts générateurs de pollution. Un véhicule pris dans un ralentissement consomme beaucoup plus de carburant qu’un véhicule circulant à une vitesse constante et génère par conséquent beaucoup plus de pollution.

A ce jour, le GCO constitue une véritable alternative, la seule alternative concrète à avoir été concrètement formulée. Elle fut notamment défendue par Adrien ZELLER et nous la relayons régulièrement avec ma collègue Anne SCHUMANN au sein du conseil municipal comme au sein du conseil de CUS.

Jean-Emmanuel ROBERT
Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg 

Jean Emmanuel Robert, candidat à Strasbourg 9

En présentant sa démission du Conseil Général, Armand Jung a fait le choix de bouleverser les règles établies dans le cadre des élections cantonales 2011.

Pour décider d’une investiture dans le canton de Strasbourg 9, le Bureau politique départemental de l’UMP du Bas-Rhin s’est réuni le lundi 10 janvier sous la Présidence d’André REICHARDT.

Au regard de cette situation nouvelle, le Bureau Politique a demandé à Jean-Emmanuel ROBERT, Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg, Délégué UMP de la 1èreCirconscription,  de défendre les couleurs de l’UMP dans les quartiers de Koenigshoffen, de la Montagne-Verte et de l’Elsau, ce qu’il a accepté.

Résidant dans ce canton avec sa famille, il a été considéré par le Bureau politique comme le meilleur candidat pour représenter les valeurs de notre Mouvement.

Par ailleurs, deux candidatures à l’investiture avaient également été déclarées, toutes deux intéressantes et complémentaires : le Dr Henry BRETZ, Adjoint au Maire du quartier entre 2001 et 2008,  et M. Joseph CHUCRI, dirigeant associatif, engagé depuis plus de 10 ans à Koenigshoffen.

Ces deux candidats se sont désistés en faveur de Jean-Emmanuel ROBERT et se sont engagés à le soutenir ardemment.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin, Président de l’UMP 67

Pour un plan de viabilité hivernale efficace : Jean Emmanuel Robert intervient

Jacques BIGOT
Président de la CUS

Roland RIES
Maire de Strasbourg

 

Monsieur le Président,
Monsieur le Maire,

Vous avez décidé l’année dernière, sans la moindre concertation, de revoir en profondeur le plan de viabilité hivernale de la CUS que vous avez présenté à grands renforts de communication aux médias, en octobre dernier.
Pour des questions purement idéologiques, vous avez fait le choix de ne plus utiliser de sel sur de nombreux axes de la CUS ni le passage du chasse neige pour déblayer la chaussée. Lors de cette présentation, vous alliez même jusqu’à déclarer que « plutôt que de chercher à effacer la neige de la ville, mieux vaut retrouver le charme du manteau blanc et l’ivresse du flocon. »

Les épisodes neigeux que nous avons connus à Strasbourg et dans sa communauté urbaine cet hiver ont démontré que ce dispositif n’était manifestement pas adapté.

La situation rencontrée depuis plusieurs semaines sur de nombreuses rues et places de Strasbourg et de la CUS, est inacceptable. Il est naturellement possible de comprendre que pendant le phénomène neigeux ou le lendemain, tous les axes ne peuvent pas être dégagés. En revanche, après plus d’une semaine sans intempérie, il est incompréhensible que tous les axes ne soient toujours pas praticables.
Cette situation vous a d’ailleurs conduit à revoir la collecte des ordures ménagères qui n’a pas été assurée parfois durant plus d’une semaine pour de nombreux concitoyens.

A ces fortes contraintes dans leurs déplacements, nos concitoyens ont également dû composer avec la grève des agents de la CTS qui s’éternise depuis des semaines.

Cette paralysie de Strasbourg et de sa Communauté Urbaine est inacceptable !

Elle a également généré beaucoup d’accidents et de chutes, un médecin strasbourgeois rappelant d’ailleurs être davantage intervenu pour des fractures du poignet que pour des blessures liées aux pétards. Aussi, je souhaite que nous soient communiqués les chiffres précis de ces accidents ainsi que leur évolution par rapport aux années précédentes.

Au regard de ces premiers résultats et conformément à l’article 18 du règlement intérieur du conseil de CUS, je vous demande de bien vouloir proposer à notre assemblée, lors de sa prochaine réunion, la création d’une mission d’information et d’évaluation du plan hivernal de la CUS visant à l’adapter aux conditions climatiques que l’Alsace est amenée à subir et ce, afin que la CUS ne connaisse plus cette situation de blocage.

Il me semble qu’en l’espèce, nous devons faire preuve de pragmatisme et ne pas être aveuglés par le moindre dogmatisme.

Soucieux de demeurer constructif, dans l’intérêt de nos concitoyens, je me permets de vous relayer les propositions que j’ai l’intention de formuler auprès de cette mission d’information.

Pour le Sel :
Gouverner étant prévoir, il faut que nous acceptions le fait qu’en hiver, il neige et qu’il nous est impossible de maitriser le degré de ces perturbations. Aussi, afin de ne plus nous retrouver en pénurie de sel comme en 2010 et 2011, la CUS a besoin de disposer d’un stock de sel conséquent capable de répondre à toutes les situations climatiques : d‘hivers très froids à hivers doux où les stocks pourront être conservés pour l’année suivante.

Pour le déneigement incombant à la CUS :
Il serait souhaitable que le dispositif soit adapté aux phénomènes climatiques et que les moyens déployés augmentent proportionnellement à l’intensité du phénomène neigeux. Après des fortes chutes de neige, dans la pratique, toutes les rues de la CUS devraient avoir bénéficié du passage du chasse neige voire même du salage dans les jours qui suivent cet évènement. L’important n’est pas à mon sens de saler beaucoup ou plus du tout mais mieux, en fonction de la situation.

Pour le déneigement incombant aux particuliers :
Afin de bien rappeler à nos concitoyens leurs obligations en matière de déneigement, la ville de Strasbourg ou la CUS pourrait adresser à chaque foyer, au mois de novembre, un courrier ou un petit fascicule récapitulant leurs obligations. Des boîtages sont régulièrement organisés pour annoncer des visites des élus aussi, un tel courrier me semblerait plus utile que ces communications promotionnelles.

Pour la circulation automobile :
Les difficultés rencontrées ont été aggravées par le fait que beaucoup des usagers n’étaient pas dotés d’équipements adaptés à cette saison de l’année.
Dans le même esprit des pratiques constatées outre-Rhin, il me semble que nous pourrions entamer une réflexion avec la préfecture sur la possibilité de prendre un arrêté préfectoral rendant l’usage des pneus neige obligatoires durant la période hivernal au minimum sur l’ensemble du territoire de la CUS.

Pour la collecte des ordures ménagères :
Conscient des difficultés que peuvent rencontrer les agents du service propreté, tout doit être néanmoins mis en œuvre afin de leur permettre d’assurer une collecte par semaine des déchets, y compris pour le recyclage. Cette amélioration passe essentiellement par le déneigement des trottoirs et de la voirie que j’évoque ci-dessus.

Pragmatique, je pense que nous devrions nous inspirer des pratiques développées dans d’autres pays comme le Canada qui, malgré la rudesse des hivers, ne connait pas de paralysie des services publics sur une période aussi longue, même après un phénomène neigeux exceptionnel.

Dans l’attente de la création effective de cette mission d’information et d’évaluation, je vous prie de croire, Monsieur le Président, Monsieur le Maire, en l’expression de mes respectueuses salutations.

Jean-Emmanuel ROBERT
Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg

Réveillon à Strasbourg : des violences urbaines inacceptables

Les violences urbaines, notamment la nuit de la saint sylvestre avaient atteint leur apogée en 2000. Cette année symbole pour Strasbourg avait vu officiellement 1800 véhicules directement ou par propagation incendiés et officiellement 51 rien que le soir de la saint sylvestre.
10 ans après les choses ont changé.

La police n’a plus besoin de se cacher pour faire son travail. Les sirènes et les gyrophares des véhicules de police, des pompiers ou du samu ne sont plus interdits par les autorités. Les délinquants ne sont plus envoyés en vacances pour les éloigner de Strasbourg pour les vacances de Noël. La ville n’organise plus ce grand barnum qu’était Mix Max, gabegie financière sans aucun effet sur les violences.

En 2008, nous savons qu’il y a eu 716 véhicules directement ou par propagation incendiés sur la CUS. Cela représentait une baisse de plus de 60 %.
Ce résultat était le fruit d’un travail de longue haleine qui faisait de la sécurité une véritable priorité. Au cours de cette période,  les effectifs de la police municipale ont été considérablement augmentés, la vidéosurveillance développée sans oublier la mise en place d’une véritable politique urbanistique et sociale dans les secteurs touchés par ce phénomène.

Malheureusement, ces résultats stagnent voire se dégradent depuis 3 ans. Les chiffres de la délinquance sur Strasbourg et la CUS  ne nous sont d’ailleurs plus communiqués, ni par la ville ou la CUS, ni par la préfecture. Nous revenons à certains travers qui avaient fait tant de mal dans les années 90 comme la négation de la délinquance  or casser le thermomètre n’a jamais fait baisser la fièvre.
Les années précédentes, cette transparence n’avait pourtant jamais nuit à la baisse de la délinquance. Pour ma part, je demande qu’elle soit rétablie car nos concitoyens ont besoin de cette transparence. Avec de telles pratiques, ils finiront par ne plus croire en la parole publique.
Il est d’ailleurs tout de même étrange qu’on nous explique qu’il n’y a pas de chiffre alors que nous assistons à une autosatisfaction générale sur la baisse des violences. Si les exactions ont baissé durant les dernières fêtes, qu’on nous communique alors le bilan détaillé ! D’ailleurs je ne sais plus qui croire ; le sénateur-Maire PS de Strasbourg qui affirme que tout va bien et que les chiffres sont bons pour Strasbourg ou la CUS ou le Parti Socialiste qui, par la voix de Jean-Jacques Urvoas, trouve ce bilan minimaliste ?

Malheureusement, ces fameux chiffres pour Strasbourg et la CUS, nous ne les auront pas car ils sont bien éloignés du discours d’autosatisfaction du moment. A la fourrière communautaire, alors qu’il existe d’autres lieux de stockage maintenus secrets sur la CUS, ce sont plus de 60 véhicules incendiés qui étaient entreposés hier matin à 11h00.
Sous le manteau, certains acteurs, même s’ils ont été bien briffés depuis l’année dernière, avancent le nombre d’environ 65 véhicules incendiés durant cette seule nuit.
Ce n’est pas acceptable !Ceux qui expliquent à nouveau aujourd’hui que la police ne doit pas être trop visible pour ne pas provoquer les délinquants se trompent. Il est irresponsable de vouloir abandonner une partie du territoire aux délinquants. Ce n’est en tout cas pas ma conception de la sécurité publique.
 

Ceux qui, pour des questions purement idéologiques, ont stoppé les extensions de la vidéosurveillance, ont refusé d’accorder des moyens supplémentaires à la police municipale, n’ont procédé à aucune création de poste de policier municipal, sont manifestement dans l’erreur.Nous ne devons pas avoir peur de poursuivre les efforts entamés par le passé pour résorber définitivement le phénomène de la délinquance.Strasbourg et la CUS, doivent faire confiance à la police, aux pompiers et à tous les acteurs qui font un travail au quotidien extraordinaire pour lutter contre ce phénomène mais elles doivent aussi leur donner les moyens d’agir. Les enfermer dans un corset idéologique, ne fera avancer en rien les résultats.

Pour arriver à franchir ce palier atteint depuis 3 ans, nous avons besoin d’une véritable volonté politique.  Cette volonté, je ne la vois malheureusement pas !

Jean-Emmanuel ROBERT
Conseiller Municipal et Communautaire de Strasbourg

Photos

Retrouvez-moi sur Facebook

  • La Taverne Française - Strasbourg - Journal des spectacles
    La Taverne Française - StrasbourgJournal des spectaclesLe bar «La taverne Française» se situe entre les arrêts de tram Gallia et République, à Strasbourg. La Taverne Française 12 rue de la Marseillaise 67000 Strasbourg Tel : 03 88 24 57 89. Agrandir le plan. Commentaires. Il n'y a actuellement aucune ... […]
  • Strasbourg cherche toujours son pigiste - Eurosport.com FR
    Strasbourg cherche toujours son pigisteEurosport.com FRStrasbourg s'est mis en quête d'un pigiste médical, qui peut être non-JFL. Mais deux semaines après l'annonce de la blessure de son pivot français, la SIG n'a toujours pas trouvé de nouveau joueur. "C'est compliqué. On a assez peu d'argent et on a ...Le Limoges CSP de r […]
  • Grandes écoles: rapprochements et fusions en série - Le Monde (Blog)
    Grandes écoles: rapprochements et fusions en sérieLe Monde (Blog)Pour l'EM Strasbourg et l'ESC Rennes, il s'agit d'abord de rapprocher leurs concours puisque les deux établissements proposeront dès cette année aux candidats issus de classes préparatoires une inscription commune aux épreuves écrites du concours ... […]
  • Pronostic Limoges - Strasbourg - meilleuresCotes.com
    Pronostic Limoges - StrasbourgmeilleuresCotes.comAujourd'hui à 20h30, Limoges affronte Strasbourg dans le cadre de la Pro A. meilleuresCotes.com vous propose ses conseils pour faire votre pronostic et bien parier sur Limoges - Strasbourg. Nous vous proposons le comparateur de cotes de ce match. […]
  • Fitch a les clefs du succès - Le Figaro
    Le FigaroFitch a les clefs du succèsLe FigaroStrasbourg a mis le temps pour dénicher le «successeur» de Rashad McCants. Mais les habitués du Rhénus ne devraient pas être déçus d'avoir attendu… La SIG annonçait en effet l'arrivée de Gerald Fitch il y a un peu plus de trois semaines, soit un mois ...et plus encore » […]